La première peur en selfbondage travesti

Catégories : Selfbondage auto bondage TV trans travesti sissy
il y a 4 mois

Je suppose que j'avais environ 11 ou 12 ans quand j'ai réalisé pour la première fois que j'avais un intérêt pour la servitude. Naturellement, j'ai gardé ma découverte cachée. Mais à partir de ce moment, les après-midi seuls dans ma chambre sont devenus mon laboratoire d'expérimentation ainsi que toute une ribambelle de repaires de ravisseurs imaginaires. Ces premières années, rétrospectivement, n'étaient également guère plus que des jeux légers et des fantasmes.

J'avais bien trop peur pour vraiment essayer quelque chose qui ressemble à la vraie chose. Mais ensuite, juste après mon 17e anniversaire, je me suis retrouvée devant l'opportunité de profiter d'une semaine seule à la maison. J'avais les moyens. J'en ai eu envie. J'ai donc décidé qu'il était temps d'arrêter de rêver et de commencer à faire.

Un magazine sur lequel j'étais tombé par hasard, au titre oublié depuis longtemps, illustrait un hogtie assez similaire à ce qui est décrit dans ce site même, sauf qu'il présentait l'utilisation d'une chaîne et de cadenas sur une corde. J'étais tellement pris dans l'idée de vivre la "vraie chose", que j'ai sauté dessus, hameçon, ligne et plomb. Je me suis moqué des suggestions d'évacuation d'urgence.

Après tout, j'étais l'a d o l e s c e n t typique de 17 ans, à l'épreuve des balles et je savais certainement tout ! Quand le grand jour est arrivé, j'étais plus que préparé. J'ai aidé mes parents à ranger la voiture, je les ai vus partir et en moins d'une heure, j'étais sur le point d'entrer dans ma toute première session de bondage hard et de vrais problèmes.

Comme beaucoup d'entre nous, j'avais un intérêt plus que passager pour le travestissement et je l'avais, en fait, entretenu bien plus sérieusement au fil des ans que mes attraits pour le bondage. En tant que tel, en milieu d'après-midi, je ne ressemblais guère au jeune homme de 17 ans que j'étais connu pour être. Légère carrure et teint clair, il ne m'a jamais été difficile de me faire "convaincre". Un peu de maquillage ici, un soutien-gorge rembourré là, quelques coups de rasoir et une ou deux pincettes et je me suis retrouvé à regarder dans le miroir une jeune femme étonnamment attirante. Les incursions publiques avec moi-même habillé avaient toujours été une grande ruée pour moi, et ce jour ne devait pas être différent.

Je me suis finalement retrouvé dans un centre commercial voisin où, après avoir rassemblé le courage de m'aventurer à l'intérieur, j'ai fait une réalisation des plus agréables. J'étais vue et acceptée à 100% comme une vraie femme. Je suis devenu plus confiant avec cette découverte et j'ai commencé à flirter avec l'idée d'entrer dans quelques magasins avec l'intention d'acheter quelque chose. Je n'avais jamais osé être aussi extravertie auparavant. Je suis devenu assez audacieux pour qu'à un moment donné, je sois entré dans un magasin de chaussures et qu'un vendeur me «montre» plusieurs paires de talons. Le regarder glisser des escarpins et des sandales sur mes pieds, avec mes ongles rouges qui brillaient à la lumière à travers mes bas transparents était suffisant pour me faire presque perdre la tête.

À partir de là, j'ai fini par errer dans une petite bijouterie. À ce jour, je ne sais toujours pas ce qui s'est réellement passé, comment tout cela s'est passé, mais quand je suis revenu dans le centre commercial, les deux lobes des oreilles étaient délicatement coupés non pas dans un, mais dans deux paires de boucles d'oreilles en or. Je n'avais jamais rêvé de faire quelque chose comme ça avant, sans parler d'être réellement percé. J'étais euphorique, volant plus haut que je ne l'avais jamais été auparavant. À l'intérieur de moi, je savais qu'il était temps, que j'étais prêt, alors je suis rentré chez moi.

J'ai verrouillé les portes, fermé les stores et me suis dirigé vers une chambre d'amis. Là, j'ai pris position sur le lit, j'ai enveloppé ma bouche et ma mâchoire de plusieurs épaisseurs de ruban adhésif en toile, et avant que les pieds froids ne puissent s'installer, j'ai enroulé à la hâte les extrémités de ma chaîne en 8 autour de mes chevilles et de mes poignets et j'ai fermé les cadenas. La clé ....... (comme dans un seul) de mes cadenas avait été gelée à l'intérieur d'un grand bloc de glace formé à partir d'un bol Tupperware et disposé dans les entrailles froides de notre sous-sol. Là, je savais que la libération pourrait être trouvée, mais cela prendrait très longtemps.

Avec la fermeture de la serrure à mes poignets, mon esprit a navigué dans un monde de rêve. Tout au plus, seulement 20 centimètres de chaîne séparaient mes mains de mes pieds, une liaison beaucoup plus serrée que celle que j'avais tentée auparavant, et pour être tout à fait honnête, beaucoup plus serrée que ce que j'avais prévu de l'être. Je me tordais et tendais contre mes chaînes tout en me regardant dans le panorama des portes de placard en miroir. J'avais l'air d'une fille horriblement ligotée et bâillonnée et je me sentais vraiment comme une fille. Ce n'est que lorsque mes mouvements ont relevé ma robe autour de ma taille pour révéler mon entrejambe et mes organes, que la mystique a été gâchée. J'ai tour à tour lutté contre mes liens et me suis retrouvé au bord de l'excitation pendant ce qui m'a semblé être des heures d'affilée. Me reposant entre les tentatives, je me suis en fait endormi plusieurs fois et c'est là que ma première vraie prise de conscience que j'étais allé trop loin est devenue apparente.

Je me suis réveillé à un moment donné pour trouver la chambre totalement sombre. N'ayant pu allumer aucun éclairage pour la nuit et avoir fermé tous les stores dans toute la maison, j'ai soudain découvert que je pouvais à peine voir où j'étais, encore moins où j'aurais besoin d'aller. C'est à ce moment-là que je me suis rendu compte que je n'avais également laissé aucune lumière allumée au sous-sol. Sans fenêtres, y trouver ma clé serait désormais, même en plein jour, comme chasser l'aiguille proverbiale dans une botte de foin.

Je glissai du bord du lit. Les chevilles et les poignets me faisaient déjà mal et j'avais à peine commencé. La courte distance entre mes mains et mes pieds se faisait vraiment sentir alors que la tension exercée sur mes cuisses commençait à encourager les crampes. Trop d'étirements et de mouvements contre mes chaînes les déclencheraient sûrement. J'ai donc dû me frayer un chemin à travers la chambre beaucoup plus lentement. J'ai rampé dans le couloir et j'ai commencé une marche tortueuse qui m'a conduit à travers le salon, la salle à manger, la cuisine et la buanderie pour atteindre l'escalier du sous-sol. Cela ressemblait à un puits sans fond. Je savais qu'un faux mouvement de descente serait probablement mon dernier et que si je descendais les escaliers en un seul morceau, il serait impossible de remonter. Il faudrait que je me libère ou que je reste lié toute la semaine. Il n'y avait pas d'autres alternatives.

Je me suis retournée sur le dos et j'ai lentement avancé mes pieds par-dessus les escaliers. Lorsque mes mains se sont positionnées au-dessus du seuil de la porte, j'ai agrippé le cadre et j'ai laissé mes pieds et mes jambes s'enfoncer. C'était comme tomber dans l'oubli, plus effrayant que je ne le pensais. Les escaliers étaient-ils là ? Serais-je capable de m'y tenir ? J'ai failli sauter, mais j'ai soudainement senti la pointe du talon de ma pompe droite toucher une marche d'escalier. Ce pied, puis l'autre se sont immobilisés avec les talons sur la bande de roulement et le reste du pied/de la chaussure qui pendait au-dessus de la marche suivante.

J'ai laissé mon arrière tomber et j'ai découvert par magie qu'il venait se placer exactement sur une bande de roulement à mi-chemin entre celle que je tenais avec mes mains et celle sur laquelle mes talons étaient accrochés. Mon dos reposait maintenant sur le seuil de la porte. Je l'ai laissé et les talons me tenir, pendant que je descendais avec mes mains, sous mon arrière pour saisir la prochaine marche. Cela a recommencé le processus et oui la tension apportée sur mes cuisses a rendu la sensation de crampes potentielles avec une clarté plus nette que la réalité.

Je l'ai pris du mieux que j'ai pu, en descendant lentement une marche, puis en me reposant quelques minutes, puis en redescendant lentement. J'ai compté et j'avais descendu onze des quatorze marches lorsque le talon de ma pompe droite s'est cassé en deux. J'ai immédiatement glissé vers la droite et totalement hors de contrôle, je suis tombé du côté droit de l'escalier. La chute n'était au pire que de quelques mètres, mais pour moi, cela semblait être des kilomètres. Mes bras étaient maintenant pratiquement inutiles. Battus, meurtris et saignant à cause des coupures de chaîne tout autour des poignets, tous les sentiments les avaient quittés. Mes chevilles, je le craignais, n'allaient guère mieux. J'ai résisté à l'envie de m'étirer pour ressentir de peur de commencer les crampes. Mais j'étais sûr que les deux étaient coupés et saignaient.

Je ne pouvais rien voir et grâce au ruban adhésif serré autour de ma tête, je ne pouvais rien entendre à l'exception des battements intenses de mon cœur dans mes oreilles. J'ai commencé à glisser dans le sous-sol et avec une rapidité surprenante, je suis tombé sur la flaque d'eau glacée qui avait été le bloc de glace. L'eau glacée faisait du bien à mon corps endoloris alors que je me sentais lentement et que je me frayais un chemin à travers elle. J'ai fait quatre voyages à travers la flaque d'eau avant de sentir plusieurs grosses gouttes d'eau sur ma poitrine, m'indiquant ainsi que le bloc était toujours en train de fondre.

Je n'avais pas d'autre choix que de glisser sur le côté et d'attendre. Je suis sûr que j'ai dormi. Je devais le faire car j'étais épuisé. À un moment donné, j'étais relativement sûr de pouvoir distinguer une lueur d'en haut. Un recoin de la cuisine était entouré de plaques de verre et j'ai pensé que la nuit devait s'être écoulée et que c'était maintenant un autre jour. Quelque temps plus tard, le tintement d'une clé... ma clé de cadenas a retenti dans le sous-sol. L'eau glacée et l'air frais m'avaient depuis longtemps fait frissonner. Mais avec une vigueur renouvelée, j'ai commencé à avancer lentement sur le sol vers l'endroit où j'avais entendu la clé tomber. A mon cinquième passage, j'ai trouvé la clé. Les deux mains étaient engourdies et ont combattu mes tentatives pour saisir la clé et l'enfoncer dans la serrure qui tenait mes poignets. De frustration, je me f o r ç a i à me cambrer vers mes pieds. Crampes être damné je me souviens d'avoir pensé. Saisissant la serrure entre mes chevilles, J'ai enfoncé la clé dans la fente et j'ai tourné. La serrure s'est ouverte et avec quelques frémissements, ma chaîne de cheville est tombée.

J'ai finalement remonté les escaliers et à l'aide d'un miroir, j'ai libéré mes mains. J'ai appris que j'avais été ligoté et bâillonné pendant 20 heures. Des dizaines de coupures encerclaient chaque poignet et cheville ainsi que de nombreuses contusions, éraflures et brûlures de tapis. À part mon soutien-gorge, ma tenue n'était guère plus que des chiffons, chaussures comprises.

QUELQUES LIENS

Nous vous invitons vivement à lire cet article bien renseigné Conseils sur les dangers du selfbondage sur ce qu'il ne faut pas faire et les risques que cela peut représenter pour votre santé ou même votre vie.

Soyez prudents et surtout, ne faites JAMAIS de selfbondage avec du breath control (étouffement / contrôle de la respiration).

Une boutique avec un rayon dédié au selfbondage avec des scénarios gratuits inclus dans les fiches produit

Pour discuter entre adepte du selfbondage rendez-vous sur le forum ICI

Accéder à plus de 800 vidéos de selfbondage SANS publicité

Histoires érotiques de selfbondage

LIRE 110 scénarios de selfbondage

SANS PUB = pas de redirection vers des sites d'arnaque !
C'est très bien raconté, je me suis mis à la place de la personne...!
Belle petite aventure. Il manque à mon goût, si l'impétrant a songé à tout arrêter du bondage juste après la libération.
Publicité en cours de chargement