La salle des accessoires en fera une soumise comblée 1

Catégories : Femmes soumises SM camisole Selfbondage auto bondage
il y a 3 mois

Une histoire à rebondissement que j’ai adoré car très réaliste.

Darlene secoua la tête, essayant de rester éveillée. Un coup d'œil à l'horloge montra les aiguilles rampant lentement vers 15 heures. Il restait encore deux heures un vendredi après-midi avant un long week-end de vacances. Elle était la dernière dans le petit bureau comptable, couvrant tous ceux qui étaient partis plus tôt. Même le téléphone ne sonnait pas et elle n'entendait aucune activité dans l'entrepôt.

Darlene travaillait depuis environ trois mois. En tant que membre junior du personnel administratif, elle s'était portée volontaire pour rester jusqu'à l'heure de fermeture lorsque le bâtiment s'était vidé à midi. C'était le monde passionnant de la réalisation de films, ou aussi proche qu'elle en était jamais venue. L'entreprise a loué des accessoires pour des productions télévisuelles, cinématographiques et théâtrales.

Leur activité secondaire, petite mais très rentable, vendait des souvenirs de films. Les objets étaient garantis authentiques car le propriétaire insistait sur des enregistrements informatiques méticuleux chaque fois que certains de leurs accessoires étaient utilisés. Cela faisait partie de son travail, mettre à jour la base de données de l'historique des stocks à partir des factures.

Darlene aimait les films, nouveaux mais surtout anciens, et pas seulement les classiques. Elle n'a jamais eu envie d'être devant la caméra. Au lieu de cela, sa fascination était pour l'histoire et la façon dont elle était présentée. Les scripts, les costumes, la direction artistique définissaient la qualité d'un film selon ses normes. Décrocher le poste dans l'entreprise d'accessoires était un rêve devenu réalité. Le salaire n'était pas spectaculaire mais tant qu'elle avait assez pour vivre, elle s'en fichait. Son espoir était d'en apprendre un jour assez pour devenir assistante directrice artistique : planifier les décors, vérifier la continuité, rechercher l'authenticité des décors d'époque, tous les petits détails qui rendent un film crédible et réaliste.

Pour le moment, son problème était trop peu de sommeil. Elle savait mieux mais avait commencé à regarder l'un de ses favoris à la télévision tard hier soir, Radarmen From The Moon, une version éditée de l'une des vieilles séries de matinées conçues pour les e n f a n t s avant l'époque de la télévision. Les épisodes individuels avaient été montés dans un long métrage plein d'action non-stop. Elle était fascinée par la façon dont les producteurs pouvaient utiliser un petit budget pour créer un long métrage.

Ensuite, il y avait les cliffhangers « demoiselle en détresse » qu'elle aimait tant voir, l'assistante du héros qui semblait toujours être capturée par les méchants et laissée à un sort horrible, qu'elle soit enfermé dans le placard du bâtiment en feu ou attaché à un chaise avec une bombe à retardement à côté d'elle. Un angle de caméra semblerait lui montrer une certaine perte, mais à la dernière minute, un autre angle révélerait comment le héros la sauve.

Si elle y avait pensé, elle aurait enregistré le film et se serait couchée à une heure décente. Au lieu de cela, elle était restée éveillée deux heures après son heure de coucher normale, collée à l'écran. Deux heures de sommeil qui lui manquaient cruellement maintenant. Poussant de côté la pile de papier sur son bureau, elle croisa les bras, baissa la tête et ferma les yeux, dans l'intention de se reposer un instant.

Lorsqu'elle ouvrit les yeux, la lumière du soleil de la fenêtre avait été remplacée par la lueur du réverbère à l'extérieur. L'horloge indiquait 21 heures, six heures plus tard. Paniquée, elle composa l'heure au téléphone, espérant que son horloge était en quelque sorte erronée. Son cœur se serra alors que la voix au téléphone lui confirma. Elle s'était endormie et avait raté le dernier bus de la journée. L'entrepôt était situé dans le quartier industriel de la ville, à des kilomètres de son immeuble. Trop loin et trop dangereux pour rentrer chez elle à pied, et elle n'avait pas assez d'argent pour appeler un taxi. Elle n'était pas en ville depuis assez longtemps pour se faire des amis, donc il n'y avait personne à appeler. Le prochain bus ne passerait pas avant 7 heures du matin demain matin.

Espérant que quelqu'un se trouve encore dans le bâtiment, elle quitta le bureau comptable et sortit dans l'entrepôt proprement dit. Seules les lumières de sécurité étaient allumées, projetant de longues ombres entre les allées. En se dirigeant vers l'avant, elle pouvait dire que toutes les lumières étaient éteintes dans la zone de réception et dans les bureaux de la direction. Maintenant, elle avait un autre problème. Les fenêtres et les portes étaient câblées à une alarme. Si elle essayait de partir, elle déclenchait l'alarme antivol. Elle pouvait voir l'indicateur clignotant sur le panneau d'alarme indiquant qu'il était réglé, mais elle n'avait pas le code pour l'éteindre. Elle ne doutait pas que le patron comprendrait si elle déclenchait l'alarme, mais il devrait sortir au milieu de la nuit.

Darlene se retourna et commença à marcher vers son bureau à l'arrière de l'entrepôt. Elle pouvait simplement rester la nuit et partir le matin. Elle savait, grâce à une commande qu'elle avait placée dans l'ordinateur, qu'il y avait un ramassage client prévu pour samedi matin afin que quelqu'un se présente pour ouvrir l'entrepôt d'ici là. La salle de repos avait un canapé sur lequel elle pouvait dormir, une télévision pour passer le temps, et il restait de la nourriture dans le réfrigérateur. Ce serait embarrassant quand l'équipage la retrouverait le matin, mais après quelques blagues de bonne humeur, tout le monde l'oublierait. En tout cas, elle serait bien plus en sécurité à l'intérieur que de rentrer chez elle dans des rues sombres et désertes tard le soir, dans un quartier connu pour son caractère rude.

Le premier problème était la télévision. Il n'y avait que des chaînes de diffusion locales et les émissions étaient parmi les pires qu'elle ait jamais vues. Finalement, elle l'a éteint avec dégoût. Puis vint le deuxième problème, l'ennui. Elle n'était pas fatiguée maintenant, mais elle n'avait rien à faire. La télé avait un lecteur DVD et même un ancien magnétophone VHS qui y était branché. Malheureusement, personne ne lui avait laissé aucun film à regarder. Elle entra dans son bureau, espérant trouver quelque chose à lire.

C'était un espoir désespéré. Elle savait qu'il n'y avait rien qui vaille la peine d'être lu. Quelques manuels et un livre d'ordinateur ennuyeux constituaient la somme totale de sa bibliothèque. Elle s'assit sur sa chaise, fixant les factures non traitées sur son bureau. Elle ne voulait vraiment plus travailler non plus. Prenant la facture suivante, elle commença à la lire. Cela venait d'un tournage en extérieur il y a une semaine pour un nouveau téléfilm, divers accessoires et quelques costumes spéciaux. En bas, il y avait une note indiquant que la boîte renvoyée contenait une copie de certaines séquences non éditées, les "rushes", enregistrées sur un DVD.

Darlene avait oublié les DVD. Dans le cadre de l'opération de souvenirs, la société a conservé des extraits ou, dans certains cas, des copies de l'intégralité du film ou de l'émission de télévision où les accessoires sont apparus. Provenance, son patron l'avait appelé, preuve documentée que les articles étaient authentiques. Parfois, l'entreprise stockait de vieilles boîtes d'un film pendant cinquante ans ou plus, en espérant que ce qui avait commencé comme un mauvais film de série B deviendrait un classique culte lorsqu'il deviendrait viral sur Internet. C'étaient les rares cas, une mine d'or où les accessoires se vendaient à des prix exorbitants. Si le film est resté un flop, il y avait encore quelques collectionneurs dévoués qui achetaient des objets si le prix était correct. Dans tous les cas, l'entreprise faisait de l'argent avec ce qui serait autrement de la camelote. C'était son travail, de tenir à jour la liste d'inventaire des articles en attente de « vieillissement » comme le disait son patron, comme un bon vin. À l'intérieur de toutes ces boîtes dans la section qu'ils appelaient en riant la «cave à vin», il devait y avoir des films.

Darlene s'est tournée vers son ordinateur et a ouvert la base de données. Saisissant un morceau de papier, elle nota les numéros de bac et de boîte où les disques étaient répertoriés comme faisant partie du contenu. Elle n'avait besoin de rien pour lire ; elle avait toute une bibliothèque de l'un de ses genres préférés, le film à petit budget. En parcourant les dossiers, elle a vu des titres remontant aux années 1940, même des séries classiques familières de Republic Studios. Avec impatience, elle dressa une liste de leurs emplacements.

Dans l'entrepôt, les lumières tamisées rendaient difficile la lecture des codes de boîte, mais une lampe de poche sur le bureau d'expédition a résolu ce problème. Il lui a fallu environ une demi-heure pour comprendre comment les allées, les étagères et les boîtes étaient organisées. La plupart de l'espace était réservé aux accessoires encore utilisés, mais elle a réussi à localiser la section réservée aux anciens souvenirs. Elle dut s'arrêter et chercher un chiffon pour essuyer la poussière de certaines des boîtes, une indication du temps qu'elles avaient passé sans les ouvrir sur les étagères.

La plupart des boîtes étaient trop hautes pour qu'elle puisse les atteindre et elle ne voulait pas utiliser l'échelle. L'écriture avait également commencé à s'estomper sur certaines des boîtes, ce qui rendait difficile la localisation de celles sur sa liste de fortune. Après plusieurs essais, elle a trouvé ce qui semblait correspondre, même si l'écriture était difficile à distinguer. Le tirant de l'étagère, elle le transporta jusqu'au bureau d'expédition près du quai de chargement. Après avoir essuyé le reste de la poussière sur le dessus, elle l'ouvrit.

Le contenu était à l'intérieur d'un sac en plastique pour les protéger contre la saleté et les mites. En ouvrant le sac intérieur, elle s'est immédiatement rendu compte qu'elle avait fait une erreur. Au lieu d'une histoire émouvante de l'agent du gouvernement combattant des saboteurs ennemis pendant la Seconde Guerre mondiale, elle s'était retrouvée avec l'un de ces films d'exploitation de prison pour femmes des années 1960. Juste au-dessus se trouvaient deux copies du film. La housse criarde de l'affiche du film annonçant l'histoire choquante de Babes in Cages ne laissait aucun doute sur le véritable sujet du film. La liste des acteurs ne comprenait pas un seul nom reconnaissable, et la lecture du synopsis au dos de la couverture a fait rire Darlene. De la pure poubelle, le genre de film que personne n'admettrait jamais avoir vu, et encore moins y apparaître.

Mettant les disques de côté, elle commença à sortir le contenu. Sur le dessus se trouvaient trois costumes du film, par l'apparence et le lettrage au pochoir « l'uniforme » pour les détenues. Une robe courte sans manches, moulante et décolletée sur le devant, avec l'inscription « Prison d'État » estampée dans le dos.

Les vêtements étaient vieux mais propres, bien conservés et toujours en bon état. Ensuite, il y avait une copie du script dans un cahier à feuilles mobiles; plusieurs photos des décors ; ce qui ressemblait à la ceinture d'un garde, en cuir marron avec un lourd anneau cousu dans le dos ; un sac avec plusieurs badges tous marqués de la mention « Gardien de prison » ; et au fond se trouvaient deux petites boîtes en carton épais. Retirer le haut du plus petit a révélé un ensemble de menottes en acier enveloppées dans une sorte de papier de conservation brun.

L'autre boîte contenait une version plus grande de menottes avec une chaîne de connexion plus longue, évidemment destinée à s'adapter aux chevilles. Il y avait un jeu de deux clés dans chaque boîte, plus une note manuscrite dans la plus grande boîte de menottes.

Curieuse, Darlene déplia la note et commença à la parcourir. Le premier paragraphe indiquait que les fers aux pieds étaient trop longs et devaient être raccourcis pour tenir dans le cadre de la caméra pour le gros plan. Le réalisateur voulait que la longueur soit réduite de moitié, mais comme il s'agissait d'un plan rapproché, l'apparence devait correspondre à la séquence précédente. L'accessoiriste avait ajouté une note au crayon indiquant qu'il avait été coupé à huit pouces et que la soudure était faite à l'intérieur du pivot afin que cela ne se voit pas s'il était filmé du côté gauche.

Elle éclata de rire en lisant le deuxième paragraphe à l'écriture griffonnée. Elle indiquait à Bob l'accessoiriste de laisser un jeu de clés dans la boîte d'accessoires parce que l'actrice qui devait jouer la matrone de la prison "n'a jamais rencontré une bouteille de vodka dont elle n'est pas tombée amoureuse". Le réalisateur craignait qu'elle perde les clés et il ne voulait pas avoir à utiliser une scie à métaux pour ouvrir les menottes une fois la scène terminée. Pour un collectionneur un jour dans le futur, ce billet vaudrait sans aucun doute le coût de toute la boîte d'objets. Elle le plia soigneusement et le remit.

Se souvenant d'une photo, elle prit le disque et regarda la pochette. C'était là, la jeune actrice dans le costume révélateur de détenue, emmenée en prison dans le même ensemble de chaînes. Elle n'avait jamais vu ce film en particulier, mais elle ne doutait pas qu'il utiliserait une variante commune de l'intrigue de la "demoiselle en détresse". Il y aurait un bel avocat, un gardien ou un petit ami qui la sauverait finalement de l'enfer vivant de la prison, tout comme le chef de gang psychopathe ou le gardien de prison est sur le point de l'abattre. Darlene secoua la tête, pensant que le sauvetage serait probablement être dans une scène de douche si le film était vraiment louche.

Elle s'est demandé si elle devait continuer à chercher ses choix originaux ou commencer par le film qu'elle avait choisi par inadvertance. En étudiant les numéros d'inventaire sur la boîte tout en essuyant un peu plus de poussière, elle a vu son erreur dans les chiffres transposés qui correspondaient presque à sa liste. C'était une erreur facile à faire, surtout dans le noir. La nuit allait être longue, et elle eut le temps de chercher les articles sur sa liste plus tard. Ce n'est peut-être pas le meilleur des films, mais ce serait amusant.

Ramassant le disque, elle se dirigea vers la salle à manger au fond, à côté des bureaux de comptabilité. Sortant un sac de pop-corn du placard, elle le jeta dans le micro-ondes et le fit démarrer. Les mauvais films n'étaient pas aussi agréables sans pop-corn au beurre chaud. Pendant qu'il éclatait, elle poussa le disque dans le lecteur DVD et alluma la télévision. En fouillant dans le frigo, elle trouva une de ses bouteilles de thé glacé. Le générique d'ouverture s'est terminé juste au moment où le pop-corn se terminait. Recroquevillée sur le canapé, elle s'installa pour regarder le film, des collations à portée de main.

Le film s'est avéré être tout aussi médiocre que la couverture sinistre le promettait. L'actrice principale a été accusée de détournement de fonds, envoyée dans une prison à sécurité maximale, a défié le gang de la prison et les gardiens corrompus, et est sauvée à la dernière minute par son petit ami, qui a commodément travaillé pour le gouverneur en tant qu'enquêteur infiltré.

Tous les stéréotypes possibles de l'intrigue ont été utilisés, y compris la scène de la douche gratuite. Soi-disant dramatique, Darlene a éclaté de rire devant le jeu d'acteur inepte, les dialogues fastidieux et le travail de caméra amateur. Plusieurs fois, elle a repéré des erreurs de continuité entre les scènes, sans même les rechercher. Sachant quoi surveiller de la note à l'accessoiriste, elle a vu à quel point le personnage de la matrone de la prison était instable. Le réalisateur avait raison, à peine sobre au mieux.

Lorsque l'écran revint au menu principal, elle regarda à nouveau la couverture. Sur un coup de tête, elle est passée à la scène près du début où la star a été emmenée du bus jusqu'aux portes de la prison. Il y avait les uniformes des détenus, les mêmes menottes et chaînes, et maintenant elle voyait comment fonctionnait la ceinture en cuir. Plutôt que d'être un accessoire pour un gardien, c'était un dispositif de retenue, tenant les menottes du prisonnier près de la taille.

Elle a remarqué que les deux autres détenus derrière la star étaient des coups de tête, une astuce d'angle de caméra pour réduire les coûts. Seule l'actrice principale avait besoin de la tenue complète ; les deux autres portaient les mêmes uniformes mais simulaient des menottes en tenant leurs mains ensemble hors de vue de la caméra. C'étaient les trucs de production qu'elle espérait apprendre. Terminé, elle éjecta le disque et le remit dans la boîte.

L'horloge affichait l'heure proche de minuit. Darlene n'était pas fatiguée alors elle a décidé de chercher un autre film. Elle devrait d'abord remettre celui qu'elle tenait en place. Les ventes des collectionneurs et des cinéphiles n'étaient pas importantes mais généraient des marges bénéficiaires élevées. Elle ne voulait pas endommager ou priver de quelque manière que ce soit l'entreprise d'une éventuelle vente, même si elle était sûre qu'elle ne voudrait rencontrer personne qui collectionne des films comme celui qu'elle venait de regarder. En éteignant la télévision, elle sortit vers l'entrepôt et retourna au bureau au quai de chargement.

Elle ne pouvait pas oublier cette scène à la porte de la prison. Le réalisateur avait peut-être peu de talent, mais en une seule courte séquence, il avait réussi à capturer toute la peur et la terreur de quelqu'un confronté à un destin certain et terrible. Même l'actrice, et déjà Darlene avait oublié son nom, avait un air de résignation désespérée alors que la matrone l'entraînait virtuellement à l'intérieur.

Le contenu de la boîte de rangement était toujours étalé sur le bureau d'expédition. Darlene ouvrit le sac intérieur en plastique et ramassa les deux boîtes contenant les chaînes. Elle a commencé à les remplacer mais s'est arrêtée sur une impulsion. Elle les reposa sur le bureau et ouvrit à nouveau la boîte de menottes pour regarder les attaches. À part des images à la télévision, elle n'avait jamais vu de menottes de près. Plus tôt, elle n'avait pas remarqué les instructions imprimées à l'intérieur du capot supérieur ; maintenant, elle l'a ramassé et a lu les procédures.

En suivant le schéma imprimé sur les instructions, elle a essayé d'ouvrir les menottes. Les clés fonctionnaient toujours ; Les nœuds aux poignets s'ouvraient et se fermaient en douceur lorsqu'elle utilisait la clé. Darlene posa la main sur les uniformes, la lueur d'une idée se formant. En les dépliant, elle a rapidement déterminé que le premier était trop petit, mais le second était à sa taille. Pourrait-elle le faire ?

Avec un sentiment de culpabilité, elle regarda autour de l'entrepôt vide. Personne ne se présenterait pendant les huit prochaines heures, elle avait donc tout le temps. Atteindre derrière son dos, elle ouvrit la fermeture éclair de sa robe et la laissa tomber sur le sol. Puis elle a mis le costume de détenu. C'était serré, probablement intentionnel, mais ça convenait. Elle ramassa sa propre robe de bureau et la posa sur la chaise à côté du bureau d'expédition.

La ceinture en cuir était raide avec l'âge mais ne craquait pas lorsqu'elle la mettait autour de sa taille. La boucle était différente de celles qu'elle avait vues auparavant. Il y avait un bouton rectangulaire étroit sur le dessus avec une fente dedans. Quand elle a appuyé sur le bouton, la boucle s'est verrouillée et ne s'est pas ouverte. Attachées à l'anneau avec un morceau de ficelle se trouvaient deux fines clés métalliques. Darlene en a inséré un dans la fente et le bouton s'est ouvert. Elle a essayé plusieurs fois pour s'assurer que le loquet s'ouvrirait correctement. Satisfaite, elle serra la ceinture autour de sa taille et ferma la boucle de verrouillage. Elle a appuyé sur le bouton, vérifié qu'il était verrouillé puis l'a fait glisser de sorte que l'anneau soit devant et la boucle de ceinture derrière son dos. L'une des photos publicitaires sur la boîte était de la scène de la porte. Elle l'étudia, notant comment la ceinture était positionnée.

Prenant une profonde inspiration, Darlene s'assit sur la chaise et attrapa les chaînes de jambe. En regardant attentivement, elle pouvait voir où une extrémité de la chaîne avait été raccourcie et soudée, exactement comme la note le décrivait. Une dernière fois, elle a vérifié pour s'assurer que les clés fonctionnaient. Sûre qu'elle pouvait les retirer à nouveau, elle a fermé les grands fers autour de ses chevilles en laissant juste assez de jeu pour s'assurer qu'ils ne couperaient pas la circulation, comme le prévoyaient les instructions. Elle se leva et fit quelques pas hésitants. Le poids inhabituel était une distraction, mais elle était capable de marcher.

Elle se rassit, utilisant le petit bout de la clé de la manchette pour enclencher le double verrou afin que les menottes ne se referment pas davantage. Allongeant ses jambes, elle regarda les menottes. Ils ne restreignaient pas vraiment ses mouvements, pas pire que des talons hauts et une jupe moulante, du moins c'est ce qu'elle pensait.

Il ne restait plus qu'un élément à emporter et elle serait un proche de l'actrice de la scène. Reprenant les menottes, elle les examina à nouveau. D'après la finition brillante et non ternie, elle devina que l'accessoiriste avait acheté les menottes neuves, il y a toutes ces années. Il n'y avait pas de rayures ou de taches d'usure, et pas de rouille. Darlene était convaincue qu'elles étaient en bon état de fonctionnement. Ouvrant une manchette, elle la referma lentement sur son poignet droit, en prenant soin de ne pas trop la serrer. En suivant l'illustration des instructions, elle a gardé suffisamment de mou pour glisser un doigt entre son poignet et le brassard. Le poids était plus qu'un bracelet ordinaire mais semblait tolérable.

Tenant les clés dans sa main gauche, elle ouvrit le brassard gauche et le glissa à travers l'anneau de la ceinture autour de sa taille. Elle posa le brassard ouvert sur son poignet gauche mais ne le referma pas. D'abord, elle voulait s'assurer qu'elle pouvait atteindre le trou de la serrure tout en les portant. Un test rapide a montré qu'elle pouvait facilement insérer et tourner la clé. Un instant d'hésitation, puis elle referma la manchette sur son poignet gauche jusqu'à ce qu'elle corresponde au nombre d'encoches sur son poignet droit. Une fois de plus, elle vérifia pour s'assurer qu'elle pouvait glisser un doigt entre le brassard et sa peau. Transférant les clés dans sa main droite, elle enfonça la double goupille de verrouillage. Une traction sur la ceinture lui confirma que ses deux mains étaient bien attachées à sa taille.

Contrairement aux chaînes à ses chevilles, la combinaison menottes-ceinture s'est avérée très restrictive. La boîte contenant le deuxième jeu de clés était trop en arrière sur le bureau d'expédition, au-delà de sa portée désormais très limitée. Elle n'avait pas pensé à les rapprocher, mais elle avait toujours l'ensemble en main. Tenant ces clés, elle fit quelques pas, marchant d'avant en arrière. L'incapacité de bouger ses bras la laissait avec une sensation de déséquilibre, mais elle pouvait se lever et marcher sans trop de difficulté.

Darlene s'est rendue compte qu'elle n'égalait pas tout à fait la scène du film. L'actrice n'avait pas les clés en main. C'était un détail petit mais crucial, la différence entre la liberté et la captivité. Elle regarda autour d'elle, se demandant où elle pouvait mettre les clés. Elle se contenta de les déposer sur le bord du bureau d'expédition, s'assurant de pouvoir les atteindre facilement. Un dernier coup d'œil pour s'assurer qu'ils ne tombent pas, puis elle recula et se retourna. En baissant les yeux, elle pouvait voir les anneaux d'acier entourant ses poignets et ses chevilles. Elle écarta les jambes jusqu'à la limite de la chaîne de liaison entre ses chevilles.

Darlene ferma les yeux, sentant les liens qui la retenaient. Maintenant, elle était la demoiselle en détresse.

Tout ce dont elle avait besoin, c'était du beau sauveteur amoureux pour lui venir en aide. Et à quoi ressemblerait-elle pour son futur prince charmant ? Il y avait un grand miroir dans les toilettes des femmes. Elle fronça les sourcils ; ce serait une longue marche sur toute la longueur de l'entrepôt jusqu'à l'endroit où se trouvaient les toilettes, le long du mur du fond à côté de son bureau. Quelle meilleure façon de déterminer à quel point ces chaînes de jambe fonctionnaient bien ? Elle jeta un coup d'œil par-dessus son épaule aux clés. Doit-elle les emmener avec elle ? Darlene sourit ; la prisonnière d'origine ne les avait pas dans le film, donc si elle jouait le rôle, elle s'en passerait également.

En descendant l'allée, elle est devenue l'assistante intrépide et souvent insouciante de l'agent fédéral essayant d'échapper au réseau d'espionnage nazi. Elle devait se rendre à cette porte arrière avant qu'ils ne découvrent qu'elle avait disparu. Quel serait le cliffhanger ? Peut-être un incendie qui fait rage ou un gaz toxique s'infiltrant lentement dans le bâtiment ? Quelle que soit la menace, elle était sûre qu'elle ne pourrait pas arriver à temps à la porte, du moins pas avant l'épisode passionnant de la semaine prochaine.

Pendant ce temps, elle a commencé à apprécier à quel point les chaînes de jambes la ralentissaient. Le fait de secouer constamment la chaîne lui faisait des bleus aux chevilles. Elle essaya de mesurer sa foulée, la gardant juste en dessous de la longueur de la chaîne. Cela l'a aidée mais l'a encore plus ralentie. La démarche maladroite mettait également à rude épreuve ses jambes. S'arrêtant pour se reposer, elle regarda en arrière, avec l'intention de revenir en arrière et de les enlever.

Mais elle était déjà à plus de la moitié du chemin des toilettes pour femmes. Darlene a décidé de continuer pour le moment mais elle enlèverait ces choses dès qu'elle aurait satisfait sa curiosité en se regardant dans le miroir. Quant à l'assistante en fuite, elle décida dans sa version que ce serait trop grave et que l'assistant suivant ne se faisait pas attr a p e r si facilement.

Il lui semblait que des heures s'étaient écoulées lorsqu'elle atteignit enfin la porte. Elle l'ouvrit puis s'arrêta lorsqu'elle réalisa que les lumières étaient éteintes. Dans les lumières tamisées de l'allée, elle distingua un interrupteur sur le mur. C'était trop haut pour l'atteindre avec ses mains liées, mais en tenant la porte ouverte avec une jambe, elle a pu la pousser avec son épaule. Les lampes fluorescentes suspendues s'animèrent. Darlene laissa la porte se fermer alors qu'elle se dirigeait vers le miroir à côté des lavabos.

L'uniforme révélait plus qu'il ne cachait, comme elle le soupçonnait. S'il était basé sur un véritable uniforme de prison, alors Victoria's Secret doit avoir obtenu le contrat de conception. Ses chaussures de bureau à talons bas n'étaient certainement pas de couleur coordonnée avec le reste de sa tenue. Les autres accessoires, les bijoux en acier, semblaient correspondre au thème général, en particulier avec le logo de la prison au dos de la robe. En tant que déclaration de mode, cela permettrait à n'importe qui de se démarquer dans la foule, même si Darlene doutait qu'elle fasse jamais partie de la liste des modèles les mieux habillés dans cette tenue décontractée. Il y avait cependant beaucoup de peau aux bons endroits, convenant à une demoiselle en détresse toujours bien attachée tout en étant transportée en lieu sûr par le héros de l'heure. Et dans son état actuel, si un gars voulait l'enlever, elle ne pouvait pas faire grand-chose.

Elle n'attendait pas avec impatience la longue marche jusqu'au bureau d'expédition, mais elle n'avait pas vraiment le choix, à moins qu'elle ne veuille rester debout devant le miroir toute la nuit. Réouvrir la porte des toilettes s'est avéré un défi. Elle a dû se tenir sur la pointe des pieds pour atteindre la poignée, mais elle a réussi à la saisir et à tirer dessus. Plutôt que d'effectuer un peu plus de gymnastique pour éteindre la lumière qu'elle a laissée allumée, il serait plus facile de penser qu'un voyage de retour serait plus facile une fois qu'elle aurait retiré les chaînes.

L'allée semblait s'étendre sur des kilomètres. Darlene savait que ce n'était pas si grave. Elle avait de la sympathie pour la pauvre actrice qui a dû passer des heures dans le même se lever pendant que les caméras et l'éclairage étaient déplacés pour les scènes. Paresseusement, elle se demanda si l'accessoiriste avait déjà dû utiliser le jeu de clés de rechange.

En raison de sa lente progression, elle était toujours près de la porte des toilettes lorsqu'elle entendit les portes d'entrée s'ouvrir. Elle se figea alors que les lumières normales s'allumaient. Il y avait des voix, au moins deux hommes, venant de l'avant.

  • Je veux vraiment te remercier d'être venu au milieu de la nuit, Joe. Les prévisions annoncent de la pluie dimanche et lundi. On doit faire tout le tournage samedi ou ça va coûter une fortune pour garder l'équipe. Nous travaillerons toute la nuit pour nous préparer aux clichés du lever du soleil .

  • Pas de problème, Cal. Vous êtes de bons clients. Je sais ce que c'est. Accord habituel, glissez-moi une copie du script lorsque vous avez terminé, signé si vous le pouvez, et quelques photos publicitaires si vous pouvez les épargner. J'ai fait exécuter la liste de cueillette vendredi, donc tout devrait être prêt. Vous pouvez jeter un coup d'œil rapide pour vous assurer que vous avez tout.

Darlene reconnut la deuxième voix. Joe Riordan, l'actuel propriétaire et petit-fils du fondateur de l'entreprise. Il a dû recevoir un appel d'urgence d'un producteur et est venu s'ouvrir pour leurs accessoires. Elle devait se cacher quelque part. Ils étaient sûrs de la voir tôt ou tard si elle se tenait au milieu de l'allée. La question était, où aller ?

Aussi vite qu'elle le pouvait, sans faire de bruit, elle retourna aux toilettes. C'était l'endroit le plus proche et celui qu'ils n'allaient probablement pas visiter. Heureusement, Joe et l'autre homme semblaient être impliqués dans quelque chose à l'autre bout du bâtiment. Elle a eu le temps de passer la porte.

Respiration lourde, plus de surprise que d'effort, elle s'appuya contre le mur à côté de la porte fermée. Darlene ferma les yeux un instant, reconnaissante de ne pas avoir été au milieu de l'entrepôt quand ils entrèrent. Elle n'avait aucune idée de ce que Joe dirait mais elle ne pourrait jamais vivre avec l'embarras. Ouvrant les yeux, elle regarda autour d'elle. Il n'y avait qu'une seule porte d'entrée et de sortie.

Elle était piégée pour le moment mais si elle attendait, ils partiraient après que le client ait vérifié et chargé sa commande. Serrant les poings de colère, elle se donna mentalement un coup de pied pour avoir laissé les clés sur le bureau. En désespoir de cause, elle a attrapé la ceinture avec ses mains menottées et a essayé de la tirer vers le bas. Pas de chance, elle l'avait resserré autour de sa taille et maintenant il ne glissait plus sur ses hanches.

Elle ne savait pas comment crocheter une serrure. Non pas que cela faisait une différence parce qu'elle n'avait de toute façon rien à faire en crochet. Elle a essayé de retirer ses poignets des menottes, mais il n'a fallu que quelques secondes d'effort pour prouver que c'était impossible. Essayant de ne pas paniquer, elle fixa les menottes qui retenaient son prisonnier, essayant de trouver un moyen de les retirer.

Se creusant la tête, elle a dû admettre qu'il n'y avait que deux options : sortir et révéler sa situation difficile avec les conséquences qui pourraient arriver ; ou attendez qu'ils soient partis, puis récupérez les clés. Darlene a choisi d'attendre. Si elle sortait maintenant, tôt ou tard, le mot se répandrait et tout le monde le saurait. Les chuchotements et les rires dans son dos seraient de trop. Elle aimait son travail et ne voulait pas le compromettre.

Il y avait une chaise dans un coin. Faisant attention à garder ses chevilles écartées pour que la chaîne ne clique pas sur le carrelage, elle traversa la pièce et s'assit. Il y avait une inquiétude fugace au sujet des lumières mais elle ne pensait pas qu'elles seraient visibles de l'extérieur de la porte. Cela faisait du bien de laisser ses jambes se reposer. Darlene ferma à nouveau les yeux et appuya sa tête contre le mur. Elle essaya de visualiser ce que les hommes faisaient dans l'entrepôt.

Vérifiez le manifeste d'expédition, ouvrez les portes du quai de chargement, chargez le camion, signez quelques papiers, puis, comme les hommes le font habituellement, buvant de la bière pendant une heure et parlant environ dix minutes de travail. Deux heures au plus avant leur départ, alors elle serait en sécurité.

Reste la question de savoir comment elle sortirait de l'entrepôt. Comparé à sa situation actuelle, ce n'était pas aussi important, mais elle devrait y penser tôt ou tard. Son meilleur pari était d'attendre que d'autres employés reviennent pendant la journée, puis d'essayer de se glisser par une porte latérale lorsque personne ne regardait.

Silencieusement, elle se cogna la tête contre le mur. Cela avait été un coup stupide. Maintenant, elle en payait le prix, se cachant dans les toilettes toute la nuit alors qu'elle était enchaînée. Tout comme une nuit en prison, réalisa-t-elle, mais en pire. Elle a essayé de passer le temps en inventant des scripts. Elle avait été k i d n a p p é e par un cartel de la d r o g u e. Ils n'avaient pas découvert qu'elle était en liberté dans le bâtiment, mais elle ne pouvait pas non plus s'échapper. Son petit ami policier infiltré se faufilait et trouvait un moyen de sortir. Elle baissa les yeux sur les menottes. Il aurait aussi une clé.

Non, ça n'expliquerait pas l'uniforme du détenu. Continuité, elle a dû l'intégrer dans l'histoire d'une manière ou d'une autre. Elle était une policière en civil, envoyée en prison pour infiltrer le gang de la d r o g u e. Ils l'avaient fait sortir avec la petite amie du chef, mais un membre du gang l'a reconnue. Son petit ami flic essayait frénétiquement de la retrouver alors même qu'elle se cachait.

Darlene ouvrit les yeux et secoua la tête. Elle devait se concentrer sur l'instant et atténuer le fantasme. C'est ce qui lui avait causé tant d'ennuis. Paresseusement, elle joua avec les menottes, déplaçant ses poignets, essayant de les ouvrir. Si seulement elle avait un moyen de s'en débarrasser. Elle dut sourire à cette pensée. Le but exprès des menottes était de s'assurer que le porteur n'avait pas les moyens de les retirer facilement. Elle était vraiment la demoiselle en détresse. Il ne manquait que quelqu'un pour la sauver.

Il n'y avait aucun son provenant de l'entrepôt mais la porte coupait la plupart des sons. Sans montre, elle n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé. Ils ont peut-être déjà fini. Si elle pouvait ouvrir la porte, elle pourrait peut-être dire s'ils étaient partis. Debout, elle se dirigea prudemment vers la porte. Elle essaya d'être aussi silencieuse que possible, marchant doucement pour que ses talons ne fassent pas de bruit, et gardant ses chevilles écartées pour que la chaîne de connexion ne traîne pas ou ne cliquette pas. A la porte, elle utilisa d'abord son épaule pour éteindre les lumières.

Cette fois, elle a essayé de tirer la ceinture de retenue aussi haut qu'elle le pouvait afin d'atteindre la poignée de porte. En le faisant glisser d'avant en arrière, elle a pu le tirer juste assez pour saisir la poignée d'une main. Lentement, elle ouvrit la porte pour qu'elle puisse voir dehors. Les plafonniers principaux étaient éteints, un bon signe, et elle n'entendit aucune conversation. Avec précaution, elle referma la porte. Dans le noir, elle se tenait à côté de la porte, discutant de ce qu'elle devait faire ensuite. Ils peuvent être à la réception, parler ou remplir des papiers. Elle ralluma l'éclairage avant de reculer jusqu'à la chaise. Le choix intelligent serait d'attendre un peu plus longtemps.

Le pire était de ne rien pouvoir faire. À peine capable de marcher et ses mains presque inutiles, cela commençait à lui arriver alors qu'elle attendait assise. Alors qu'elle essayait de le retenir, un nuage noir de panique l'envahissait. Elle ne ressentait peut-être pas le désespoir d'être envoyée en prison, mais la peur d'être découverte, ridiculisée et même d'avoir à faire face à la police s'additionnait pour la rendre nerveuse et effrayée. Darlene sentit qu'elle devait faire quelque chose. Plus elle restait assise, pire c'était. Elle retourna à la porte et éteignit les lumières une fois de plus. Elle ouvrit la porte. Les lumières étaient toujours tamisées. Debout, écoutant, elle n'entendait personne.

Lentement, elle s'aventura dans l'allée de l'entrepôt, prête à se précipiter vers la sécurité illusoire de sa cachette à tout signe que quelqu'un d'autre se trouvait dans le bâtiment. Non pas qu'elle puisse se précipiter n'importe où, plutôt comme un faux pas. Après chaque pas, elle s'arrêtait pour écouter le moindre bruit. Elle s'accroupit pour essayer de voir à travers les étagères empilées. Pas de lumière depuis les bureaux d'accueil. Elle a vu le voyant de l'alarme antivol clignoter. À ce moment-là, elle se détendit. S'il était armé, tout le monde aurait dû partir. Aussi vite qu'elle le put, elle se dirigea vers le bureau d'expédition et la liberté.

Au coin de la rue, elle s'arrêta net. Le bureau d'expédition a été vidé, la boîte a disparu. Il en était de même de sa robe sur le dossier de la chaise. Les clés étaient introuvables.

Sous le choc, elle se tenait au milieu de l'allée, fixant le bureau vide. Toutes les boîtes qui avaient été empilées près de la porte du quai de chargement avaient également disparu. Ses épaules se sont affaissées dans la tristesse. Ils ont dû remballer la boîte Babes In Cages et l'avoir emportée avec les autres accessoires. Les clés, le seul moyen pour elle de se libérer, étaient parties et ne reviendraient pas de sitôt.

Elle s'assit sur la chaise près du bureau, ne sachant pas quoi faire ensuite. Il y avait un téléphone accroché au mur, hors de sa portée, mais elle trouverait peut-être un moyen d'y accéder. Les étagères de l'entrepôt semblaient menaçantes dans la faible lumière des quelques frais généraux laissés allumés. Attendre n'était plus une option. Entre le week-end de trois jours et le fait que la seule cliente qui devait venir chercher le samedi soit déjà passée, il était tout à fait possible qu'elle soit laissée seule pendant trois jours. Il n'y avait aucun moyen qu'elle puisse rester aussi longtemps enchaînée. Si seulement ils n'avaient pas pris les clés.

Elle fixa les rangées de boîtes étiquetées sur les étagères. Quelles étaient les chances qu'un autre ait des éléments d'une émission de police, ou même un autre de ces films de prison pour femmes louches ? Darlene s'assit, réfléchissant furieusement. Quelles étaient les chances ? Elle avait un moyen de le savoir. Il ne faudrait pas grand-chose pour interroger la base de données pour des menottes. Il pourrait même y avoir quelque chose dans le stock actuel aussi.

Il y avait un terminal sur le bureau d'expédition, mais elle savait qu'il n'était configuré que pour saisir les documents de réception ou imprimer les listes de prélèvement. Le gars de la société informatique qui maintenait leur système lui en avait parlé un après-midi alors qu'il traînait en train d'essayer de flirter avec elle. Chaque emplacement ne pouvait exécuter que certains programmes. Son terminal pouvait saisir ou rechercher l'inventaire mais ne pouvait pas générer de chèques ou de rapports de paie. Elle devrait imprimer chaque boîte qui correspondait, puis espérer pouvoir en atteindre une.

Debout, elle se dirigea vers son bureau. Plus que jamais, elle maudissait les chaînes aux jambes qui la ralentissaient. Elle secoua la tête, se rappelant qu'elle pensait que ce n'était pas pire qu'une jupe moulante. Il n'allait pas non plus être facile d'utiliser son clavier, mais elle était déterminée à le faire. Tournant un coin, elle vit la porte de son bureau et se dirigea vers elle, pas à pas entravé.

Dans son esprit, elle essayait de composer la chaîne de recherche, les mots-clés que quelqu'un d'autre aurait pu utiliser ou les mots mal orthographiés. Elle devait couvrir toutes les possibilités. La dernière chose qu'elle voulait maintenant était de faire plusieurs allers-retours pénibles jusqu'à son bureau.

Un sentiment de désespoir ajoutait à l'urgence, mais elle ne pouvait pas aller plus vite que les limites de ses contraintes. Très lentement, elle s'est approchée de la porte du bureau jusqu'à ce qu'elle soit enfin à portée de la poignée de la porte. Comme la porte des toilettes, elle devait l'ouvrir avec son genou, alors elle se tenait sur le côté en tendant la main.

Le bouton de la porte ne tournait pas. Le propriétaire doit l'avoir verrouillé avant son départ. Elle l'attrapa à deux mains, essayant de le faire tourner de toutes ses f o r c e s. Elle tira sur la porte, espérant qu'elle n'était pas complètement fermée. La grosse porte en bois n'a pas bougé. Son dernier espoir disparu, elle s'appuya contre le mur, des larmes coulant sur ses joues pendant qu'elle pleurait.

Jamais de sa vie Darlene ne s'était sentie aussi impuissante ou avait été aussi terrifiée. Elle devrait utiliser le téléphone pour appeler quelqu'un. Si elle pouvait trouver un numéro au bureau d'expédition, elle pouvait appeler le propriétaire ou quelqu'un d'autre qui travaillait dans l'entreprise. Ce serait humiliant mais elle n'avait pas le choix maintenant. Et si elle ne pouvait pas trouver un numéro, ce serait la police. Elle ne voulait pas y penser. Ils pourraient décider qu'elle essayait de cambrioler l'endroit.

Sachant qu'elle ne pouvait plus éviter l'inévitable, elle commença à retourner une dernière fois vers la zone d'expédition. Combien de voyages à travers l'entrepôt avait-elle fait maintenant ? Était-ce trois, peut-être quatre ? Elle avait perdu le compte. Tout ça à cause d'une stupide cascade ; elle n'avait personne à blâmer à part elle-même.

Se dirigeant vers le bureau, elle put voir le téléphone accroché au mur derrière le bureau. Son prochain problème serait de trouver un moyen d'y arriver. Elle ne pouvait certainement pas l'atteindre avec ses mains liées si près de sa taille. S'arrêtant devant le bureau, elle s'agrippa au haut de la chaise avec ses mains liées.

Il y avait un balai à proximité ; elle pourrait décrocher le téléphone, mais ce serait un défi de composer avec un manche à balai. La fortune était avec elle sur une petite affaire. Sous le téléphone se trouvait une liste de numéros d'urgence, y compris le domicile du propriétaire. Au moins, elle n'aurait pas à appeler les flics après tout. Darlene regarda le bureau. C'était assez bas pour qu'elle puisse monter dessus. Si elle s'agenouillait près du téléphone, elle devrait pouvoir atteindre le pavé numérique.

"Je dirais que ce serait un bon matériau pour une de ces histoires d'escrocs stupides." Darlene sursauta en entendant la voix derrière elle. En se retournant, elle vit Joe Riordon, le propriétaire. Surprise, elle recula contre le bureau, trébuchant alors que les chaînes de jambes agrippaient ses chevilles. Il se précipita rapidement en avant et la rattrapa alors qu'elle était sur le point de tomber.

« Je… ce n'est pas ce à quoi ça ressemble. S'il te plait, je peux t'expliquer… » balbutia Darlene, ne sachant que dire. Elle baissa la tête, incapable même de le regarder en face.

A suivre

Lire la suite : La salle des accessoires en fera une soumise comblée 2
jolie mise en bouche , je suis impatient de lire la suite
Vivement la suite
J'adore
Publicité en cours de chargement