A cause de Fess auto bondage, ABDL et grosse peur

Catégories : Selfbondage auto bondage
titou il y a 10 ans

Fess, je te remercie pour ton site qui est génial et j’espère vivement que je rencontrerai la femme maîtresse et nurse de mes rêves, mais en attendant, ben, je m’amuse tout seul.

Je n’ai pas encore osé commander tes cadenas pour me f o r c e r à faire dans ma couche mais l’idée me tente. Etant célibataire, ne pouvant faire l’amour à la future femme de ma vie, je m’amuse donc tout seul avec des couches et des sextoys. J’ai découvert l’auto bondage sur le site, j’en avais entendu parler sans savoir vraiment ce que c’était. L’idée du icetimer est géniale car forcément, la glace fond et on retrouve la liberté.

J’ai lu sur une de tes histoires qu’un mec se met des suppos à la glycérine et fait de l’auto bondage dans son jardin en essayant de ne pas faire c a c a dans sa couche. N’ayant pas de jardin, j’ai eu l’idée d’aller faire la même chose seul la nuit dans la nature.

J’ai préparé deux couches, ma culotte en plastique, mes menottes et le icetimer que j’avais préparé à l’avance dans le congel avec les clés. Pour pas prendre le risque de perdre les clés dans l’herbe, j’ai attaché du fil de fer dans l’anneau de la clé.

Vers 11 heures du soir, je me suis mis trois suppos à la glycérine avant de mettre deux couches, ma culotte et mon survêtement. Ensuite j’ai sortie le ice-timer du congel, je l’ai mis dans un sac congel de supermarché, j’ai pris mon sac avec mes affaires et je suis allé dans un petit bois à dix kilomètres de la maison.

Sur la route, j’étais ultra excité, mon délire était qu’une femme dominatrice m’attache à un arbre et me laisse en plan pour me punir. Quand je suis arrivé au petit bois, je n’osais pas sortir de la voiture. Après m’être traité de poule mouillée, je suis donc sortie de la voiture avec mon sac pour me rendre à l’arbre que j’avais repéré en allant faire mon footing.

J’ai sorti le ice-timer puis j’ai attaché le fil de fer aux menottes. Je me suis mis des pinces à linge aux seins, la femme dominatrice de mes fantasmes étant cruelle. Je me suis assis au pied de l’arbre, j’ai éteint ma lampe de poche et à tâtons en passant les mains derrière l’arbre j’ai trouvé les menottes. Le fil de fer étant bien attaché, je n’aurai qu’à attendre que le glaçon fonde pour tirer dessus et attraper les clés pour me libérer. Quand j’ai fermé les menottes, je bandais comme un fou.

Attendre fut long et bon, mes tétons me faisaient un peu mal mais je délirai comme un fou. J’ai fait un petit pipi dans mes couches qui dans ce jeu m’a donné des sensations géniales. Entravé c’est différent que quand on est libre, tout est plus fort.

Le glaçon a fondu comme prévu mais quand j’ai voulu me libérer je n’arrivais pas à trouver le trou de la serrure des menottes parce que je les ai mises à l’envers. A l’envers signifie que les trous des serrures n’étaient pas tournés vers mes doigts mais vers mon dos. Si à la maison j’y arrivais quand même, avec un arbre aussi fin soit-il entre les menottes et mon dos, je n’avais pas suffisamment de marge de manœuvre pour que mes doigts fassent entre la clé dans le trou de la serrure. J’ai eu une grosse peur.

Je me suis levé tant bien que mal en m’appuyant sur l’arbre m’en sortir. Impossible ! Dans l’effort pour me lever, j’ai bien cru que j’allais faire c a c a dans la couche. J’ai essayé de casser l’arbre mais il était plus fort que moi !!!!!!! Après une heure d’effort et de tentatives la clé est enfin rentrée dans le trou et j’ai pu me libérer.

J’étais trempe de sueur mais enfin libre après presque quatre heures de bondage. Pour ne pas faire c a c a dans ma couche, j’avais prévu du papier toilette pour faire comme tout le monde quand on est dans la nature mais je n’osais plus bouger par peur de fuir. Jambes serrées et fesses serrées, j’ai luté pour résister. Pendant cette lutte j’ai eu des contractions un peu comme si j’allais jouir. En espérant que l’envie de faire passe, j’ai retiré les pinces à linge de mes tétons mais là j’ai jouis autrement que de plaisir si tu vois ce que je veux dire……

J’ai fini par pouvoir me soulager normalement en baissant mon pantalon et mes couches, mais ce fut limite. Après m’être rhabillé (j’ai gardé les couches sur moi) je suis retourné à la voiture. J’ai allongé le siège et là, dans mes rêves fous, la Maitresse me permettait de me masturber. Ce fut divin. Si tout ça ne remplace pas un bon câlin, c’est bien bon mais j’ai vraiment eu peur.

Le titre de cette histoire n’est que de la provocation et je te remercie pour ton site qui est génial.

Titou

QUELQUES LIENS

Nous vous invitons vivement à lire cet article bien renseigné Conseils sur les dangers du selfbondage sur ce qu'il ne faut pas faire et les risques que cela peut représenter pour votre santé ou même votre vie.

Soyez prudents et surtout, ne faites JAMAIS de selfbondage avec du breath control (étouffement / contrôle de la respiration).

Une boutique avec un rayon dédié au selfbondage avec des scénarios gratuits inclus dans les fiches produit

Pour discuter entre adepte du selfbondage rendez-vous sur le forum ICI

Accéder à plus de 800 vidéos de selfbondage SANS publicité

Histoires érotiques de selfbondage

LIRE 110 scénarios de selfbondage

SANS PUB = pas de redirection vers des sites d'arnaque !
Cette ressource n'a pas encore été commentée.
Publicité en cours de chargement