Récits
Accréditation fessée 7
il y a 2 ans

Histoire érotique de déculottée et de fessée

Trois mois se sont écoulés depuis le fameux séjour à la montagne chez tante Magda. Nous sommes en avril, le printemps est arrivé emportant avec lui le beau temps. Inga, la deuxième fille de Magda âgée de 20 ans, rentre pour les vacances de Pâques d’Angleterre ou elle étudie à la prestigieuse Cambridge University. Elle a invité pour le week-end ses copines de fac Charlotte et Mao. Tante Magda les accueille dans sa belle propriété normande. « Bonjour Maman » « Bonjour Madame » « Bonjour ma chérie, bonjour les filles, soyez les bienvenues à la maison. Vous avez l’air en pleine forme, vous verrez l’air de la campagne c’est parfait pour prendre un bon bol d’air ». Tante Magda est toujours aussi belle. Elle porte une robe en coton avec de jolis imprimés fleuris, des baskets montantes, une veste en daim, sa tête est coiffée d’un joli chapeau de paille. Elle est toujours aussi grande, 1m 90, toute élancée avec des seins lourds bien maintenus dans un soutien-gorge de sport. « Mao...
Accréditation fessée 8
il y a 2 ans

Histoire érotique de déculottée et de fessée

16h.Les trois copines rentrent de leur balade à cheval folles de joie. Elles plaisantent entre elles, de bonne humeur en raccompagnant les juments à leur box. Charlotte s’adresse à Inga qui la dépasse de deux têtes. « Tu vas trop vite au galop, on a du mal à te suivre. En plus, tu as sauté la rivière et nous on est tombé. Quelle crise de rire les filles » « Oh tu sais j’ai l’habitude je monte depuis que j’ai six ans, j’en ai fait des concours hippiques, j’en ai gagné deux en junior » « Trop bien, la classe » Elles arrivent devant la maison, tante Magda les accueille les bras ouverts. « Alors les filles, c’était bien votre balade à cheval ? » « Oh oui super tante Magda, on s’est éclatée » « Tant mieux, allez-vous changer, vous êtes toutes crottées surtout toi Charlotte. Je vous rejoins dans votre chambre » Les trois filles montent dans leur chambre, immense dortoir. En arrivant elles voient le tas de sous-vêtements empilé sur leurs deux lits. Elles voient le mot...
Culottes tyroliennes et discipline
il y a 2 ans

Les confidences de Jean-Yves autour de la fessée et des shorts

##### Chez moi, il n’y avait pas de martinet, ni de déculottée, mais une discipline certaine entraînant très souvent des claquées sur les cuisses, ou des gifles pour aller plus vite. Les gifles, c’était pour les fautes les moins graves, nécessitant une remise dans l’axe immédiate. Cela n’altérait ni l’ambiance du moment ni même la bonne humeur. On recevait une seule gifle sur la figure, plus ou moins forte, on savait pourquoi, et c’était tout, on n’en parlait plus. Ces gifles tombaient sans préavis à la maison ou ailleurs, où que l’on soit. Cela faisait mal à la joue sur le coup, résonnait dans les oreilles mais passait assez vite. Petits, on avait souvent pleuré, mais assez vite en grandissant, on a encaissé sans broncher ni surtout chercher à se faire remarquer davantage. Le terme de « cuissées » n’était pas utilisé ni même connu, et pourtant c’est ce qui se pratiquait systématiquement chez nous pour les cas plus sérieux nécessitant une certaine gradation dans le châtiment...
Institution Saint-Sauveur 8
il y a 2 ans

Prise de conscience

Mon réveil fut difficile. Encore dans les brumes de la fin du sommeil, je me retournais. Mon poids sur mes fesses me rappela à la réalité. Mon postérieur n’était plus réellement enflammé. Mais la gêne que j’éprouvais au contact du matelas de mon lit, suffisait à me remémorer la punition reçue le soir précédent. La honte. C’est le sentiment qui dominait. J’avais honte de moi. Des larmes me montèrent aux yeux. Comment avais-je pu me comporter aussi inconsidérément ? A mon âge, ne pas être capable d’entretenir ma chambre, c’était vraiment … un comportement e n f a n t in. Je ne trouvais pas d’autre qualificatif. Je ne savais pas combien de personnes, à St Marie, qui avaient maintenant une piètre opinion de moi, qui devaient me considérer comme un adulte incapable de s’assumer. Comment pourrais-je croiser leur regard ? J’avais une sensation plus complexe vis-à-vis de la fessée que m’avait administrée Sœur Gabrielle. Bien sûr si j’avais eu mon mot à dire, j’aurais refusé de la recevoi...
Institution Saint-Sauveur 9
il y a 2 ans

La curiosité fait mal aux fesses

Je perçus une modification de la lumière qui entrait dans ma chambre. Positionné comme je l’étais, il était difficile d’en être sûr et je n’allais pas me retourner pour le vérifier. Retenant mon souffle, j’écoutais plus attentivement. Il y eut un léger frottement sur le sol venant de l’entré de ma chambre. « Ouf, songeais-je, Sœur Gabrielle est de retour. » Pendant un moment, il n’y eut plus de bruit, … puis un nouveau frôlement qui venait toujours du même endroit. « Pourquoi Sœur Gabrielle met-elle tant de temps à pénétrer dans ma chambre ? » C’était bizarre et ne correspondait pas avec les manières franches et directes de Sœur Gabrielle. Je sentis monter mon angoisse au creux de mon estomac. Qui pouvait bien être là ? « Axel ? » C’était Mathilde ! Que faisait-elle là ? Je m’enfonçais un peu plus dans mon coin. Je crois que pendant un long moment je cessais de respirer. Si elle n’avançait pas plus loin dans la pièce, elle ne pouvait pas me voir. Le coin où je me tena...
Institution Saint-Sauveur 10
il y a 2 ans

Intégration difficile

Si les trois punis avaient parfaitement conscience des conséquences futures de leur punition d’aujourd’hui, les répercussions sur mon avenir m’avaient totalement échappées. La mécanique était lancée elle ne s’arrêterait plus, comme un engrenage entraînant les faits l’un après l’autre. Le premier arriva, en début d’après-midi, sous la forme d’une convocation signée de la main de la directrice. J’étais attendu à seize heures quarante-cinq, dans la salle du conseil. Je supposais que Sœur Marie Joseph souhaitait me faire part de quelques ajustements dans les conditions de ma présence. Je ne savais pas encore combien j’avais raisonné juste. Je ne prêtais pas attention à cet enchaînement si parfait de mon emploi du temps. Seize heures quinze, fin des cours, comme chaque vendredi. Rendez-vous alors avec Sœur Gabrielle, ce qui me laisserait le temps d’être à l’heure pour la convocation. Je me réjouissais de pouvoir faire face à toutes mes obligations, sans imaginer que d’autres y avaient...
Institution Saint-Sauveur FIN
il y a 2 ans

Nouvelle vie

Julie m’accueillit avec des yeux écarquillés. « Qu’est-ce que c’est que ce costume ? » Il n’y avait pas d’autre solution que de faire passer ce qui m’était imposé pour tout ce qu’il y avait de normal. « Oh, c’est l’uniforme de St Marie. – Tu portes l’uniforme de St Marie, c’est nouveau, ça ! Je croyais que c’était réservé aux élèves ? – C’est bien réservé aux élèves, mais nous nous sommes mis d’accord avec les professeurs que cela me permettrait d’être plus intégré dans le groupe d’élèves. Il faut aller plus loin dans l’observation participative. – Observation participative … je vois. » Je n’étais pas certain de l’avoir convaincue mais du moment qu’elle ne cherchait pas plus loin, cela m’allait très bien. Je me changeais aussitôt, pour retrouver une tenue plus habituelle. Mes mouvements étaient difficiles. La fessée de Madame Mac Cormac avait rendu toute sa sensibilité à mon postérieur. Je ne pouvais effleurer un objet avec mes fesses sans que cela m’amène au bord...
Une bonne fessée déculottée
il y a 2 ans

L'histoire érotique d'une bonne fessée déculottée

Je suis un jeune homme de 20 ans, brun, assez grand, 1,78 m mais paraissant tout au plus 18 ans. Je suis très timide avec les filles, je n’ai aucune petite amie. Je lis beaucoup de revues et de bouquins pornos. Je me masturbe en les lisant, cela me fait venir de drôles de désirs. Je vais souvent acheter mes livres dans une librairie dirigée par une femme dont la soeur s’occupe du rayon bazar. La libraire est une forte femme brune, entre 45 et 50 ans, encore très belle, avec une grosse paire de seins et un large fessier. Sa soeur, un peu moins forte, est tout aussi belle, quoique un peu plus âgée. Elles s’habillent toutes deux avec des corsages ajustés et des jupes moulantes. Un jour, la libraire m’a demandé une pièce d’identité; il y a un an de cela, elle ne croyait pas que j’avais 19 ans, elle m’en donnait 16. Alors je me suis mis à fantasmer. Elle me dit : «Tu devrais venir à l’heure de la fermeture, tu pourrais choisir les lectures sans être dérangé.» Je suis un bon client, tout...
Correction bien méritée
il y a 2 ans

La fessée déculottée devant les filles l'amuse

##### Je le reconnais, je l’avais cherchée cette fessée. Mais voilà, à f o r c e de me faire déculotter devant des filles… j’y avais pris goût. Ce goût qui persiste encore aujourd’hui d’ailleurs. Qu’avais-je donc fait pour mériter cette correction-là ? Une comme ma mère ne m’en avait encore jamais donné, comme j’allais le découvrir. J’avais seize ans à l’époque et j’avais accumulé les stupidités pendant une petite semaine pour chauffer l’affaire : mauvais comportement, réponses insolentes, désordre savamment organisé dans ma chambre… Et puis vint ce moment fatal. Ma sœur et ses copines, deux filles de quinze ans, étaient à la maison. J’en pinçais pour l’une d’elles qui me troublait beaucoup. Ma mère me demanda un service. Et je lui répondis follement : « m e r d e ! ». Ma mère changea de couleur et ma sœur blêmit. « Au coin ! » m’ordonna-t-elle immédiatement d’une voix glacée en désignant le coin de la cuisine où ma sœur et moi devions souvent séjourner en pénitence....
Une baby-sitter qui donne des fessées très sévères
il y a 2 ans

Régression et fessée au programme

##### Je l'ai rencontrée grâce à internet. J'avais passé une annonce afin de correspondre avec une femme dominatrice ou switch. Après quelques jours, j'ai reçu un mail de sa part. Elle me parlait d'elle, de sa profession d'enseignante et de sa famille. Elle se disait mariée avec un e n f a n t . Elle fantasmait sur la domination depuis très longtemps mais n'avait jamais abordé la question avec son maris car il était assez fermé vis à vis des pratiques sexuelles un peu différentes. Après plusieurs échanges par mail à propos de nos fantasmes respectifs nous sommes rencontrés dans un café. Discrètement, nous avons discuté de nos envies et du fantasme idéal que nous pourrions réaliser ensemble. Une semaine plus tard, un mail de sa part m'informait que son mari et son fils seraient absents 3 jours la semaines suivantes et que si j'étais partant, nous pourrions enfin assouvir nos fantasmes respectifs dans le même scénario. Comme convenu par mail, je me suis présenté chez elle à...
Ah ! ces mains féminines !…
il y a 2 ans

Histoire érotique de fessée

A dresser aujourd’hui le bilan des fessées données ou reçues, je pense en avoir quand même administré plus que je n’ai pu en recevoir. Néanmoins, le compte des fessées reçues de mains féminines autres que celles de ma mère, qui ne me fessa jamais, reste impressionnant et ma mémoire me permet d’en établir une chronologie qui ne me laisse pas sans douce émotion. La toute première date de mes 11 ans, alors que je venais d’entrer au collège en classe de sixième. Geneviève G… était à la fois la meilleure amie de ma famille et aussi mon professeur d’anglais. Aussi, ce fut tout naturellement qu’elle proposa à mes parents de me donner quelques cours particuliers d’anglais les mercredis après-midis. Un jour à la fin de la séance de travail, Geneviève m’interrogea sur un devoir à rendre en fin de semaine et s’aperçut que je n’avais rien préparé à quelques jours de l’échéance. Au moment de nous séparer, elle m’annonça : « Vois-tu, Alain, je m’étais dit que la prochaine fois que tu viendrais...
Rencontres BDSM entre amis du réseau Fessestivites Août 2019
il y a 3 ans

Rencontres BDSM

##### En clair, si la base était BDSM, comme nos amis sont ultra open, il n’y avait aucune restriction dans les pratiques. Chacun bien sûr, faisant ce qu’il avait envie de faire puisque rien n’est imposé. Au niveau des doms, lorsque Maîtresse Christal, Maîtresse Maryna, Maîtresse Shaé et Maître TSM se réunissent, il faut s’attendre à ce que les fouets claquent ...... et croyez-moi sur parole, les fouets ont claqué plus d’une centaine de fois. On ne fait pas que du fouet lorsque nous sommes entre-nous, bien loin de là. Ci-dessous le programme réalisé ce week-end : Apéro dînatoire en libre sévices. (Plan visant à attacher un soumis nu en hauteur avec les jambes écartées sur de très solides tréteaux). Les pauvres testicules du soumis sous cage de chasteté étaient liées par une corde que nous avons placée dans sa bouche pour qu’il les tire pendant le fouet. S’il ne les tirait pas, elles risquaient de prendre un coup de fouet. Autant dire qu’il a fait de l’auto CBT en étant m...
Publicité en cours de chargement