Récits
La fessée pour un employé
il y a 6 ans

Il est fessé au travail

Je suis employé dans une moyenne structure qui gère les appels téléphoniques et les contacts par mail : ContactPhone. Outre, la téléphonie, nous devons assurer, sur la plate-forme la réception et les réponses des mails de grosses entreprises. Pour les réponses, cela se fait souvent avec des pièces jointes tels que : PDF, ou vidéos. Nous sommes une équipe de 8 et j'étais le seul homme avec mon camarade, Joffroi de la Patelière. Malgré son nom titré et ses origines issues de la haute société (il n'y avait pas si longtemps que son grand-père était décédé et c'était un Conte) Joffroi était un garçon simple, à l'âme généreuse. De tempérament philosophe, il ne prenait pas mal le travail basique qu'il menait avec nous. Âgé, de 30 ans, il avait eu beaucoup de mal à s'insérer sur le marché du travail malgré son bac plus 5 en informatique. C'est sans doute pour cela qu'on l'avait pris, ici, à ContactPhone. Il était comme nous, employé du centre d'appels mais il assurait, de par ses connai...
Louise sous la coupe de son intraitable marraine
il y a 6 ans

La fessée sévère d'une autre époque

#### Ce récit, purement fictionnel de fessée, se déroule durant la « Belle Époque » en France, période que je trouvais particulièrement inspiratrice de par le romantisme historique et la charge poétique qui s’en dégage. Époque de transition par excellence, celle-ci incarne en effet un trouble et une effusion qui ont de quoi bouleverser et intriguer l’imaginaire de tout un chacun. Ma tâche était ici de retranscrire une infime partie de cette période, au travers de mon propre point de vue, d’une manière à la fois réaliste et romanesque. Sur ce, bonne lecture ! ##### Printemps 1904 Louise B… venait tout juste d’avoir quinze ans quand son père la confia aux mains de sa marraine, la comtesse de Bouvreuil. C’était une belle jeune fille, au regard espiègle et à la moue parfois boudeuse, pleine de charme et de malice. Ses cheveux étaient d’un blond lumineux, le plus souvent coiffés à l’anglaise, retombaient en longues torsades sur ses épaules menues. Le séjour auquel elle était de...
J’ai du acheter mon martinet !
il y a 6 ans

Un défi-punition

Pour aller acheter un martinet au grand magasin, je devais y aller en mini short. C’était là mon défi-punition. Il y avait une famille au rayon, aussi j’attendais au rayon voisin en faisant semblant de m’intéresser à autre chose quand j’entendis la maman dire : « Tu vois, ça c’est un martinet. » Je jette un coup d’œil et je vois le jeune garçon caresser les lanières, totalement inconscient de ce à quoi pourrait servir cet objet. Enfin ils s’éloignent et je me précipite sur la gondole. Le manche est en bois tourné avec une dragonne en ficelle. Les lanières sont en simili cuir. Il s’agit là d’un petit ustensile d’allure inoffensive, mais il représente bien sa fonction et tout le respect qu’on lui doit… Je sens un regard sur moi lorsque je décroche le martinet, mais je n’ose plus me retourner comme si j’avais les œillères de la honte qui m’enveloppaient. Il faut dire que ma tenue vestimentaire est on ne peut plus parfaite pour une première approche et je m’imagine observé et j...
La cravache de Monseigneur – Une éducation d’excellence
il y a 6 ans

La fessée, un modèle de vertu dans l’éducation

La cravache de Monseigneur – Une éducation d’excellence La fessée, un modèle de vertu dans l’éducation ? Absolument, dans certaines conditions vertueuses comme celles que j’eus précisément la chance de connaître. Ma famille perpétue de génération en génération des valeurs que l’on peut expressément qualifiées d’aristocratiques : effort sur soi, droiture, respect de soi et des autres, dignité et courage… Parmi elles, ce sont ces dernières qui me sollicitèrent plus particulièrement dès ma treizième année lorsque, à la demande de mes parents, mon parrain (évêque), entreprit mon éducation d’homme. Dès lors, dans une confrontation permanente avec moi-même, et sous sa houlette affective mais d’une sévérité stricte, j’appris mois après mois, année après année, à assumer mes responsabilités, quitte à endurer l’épreuve prévue en cas de manquement ou d’imprévoyance. Bien qu’à l’entrée de l’adolescence, cette condition ne me parut nullement effrayante. Au contraire, heureux de l...
Corporal Punishment au pensionnat de garçons
il y a 6 ans

La cane règne en souveraine de la discipline

Ou comment une jeune demoiselle bien élevée apprit à manier la « cane » sur des postérieurs de vilains écoliers anglais fort mal élevés et par trop désobéissants. En ces temps bénis des dieux, les écoliers anglais avaient l’honorable privilège de goûter aux châtiments corporels. Malheureusement pour eux, la « cane », qui régnait en souveraine Maîtresse de Discipline, fut ignominieusement proclamée hors-la-loi et jetée aux oubliettes par cette Barbarie autoproclamée « modernité ». Cependant, l’anecdote que je m’en vais vous conter vous montrera combien son exercice eut un effet miraculeux entre les mains d’une jeune Française. C’était presque hier, en ces temps heureux de la fessée éducative. On était au tournant des années 50. Bac en poche, et forte de ses 18 printemps tout frais, gonflée de naïve fierté, Marie-Thé, mon amoureuse de l’époque, avait choisi durant les trois longs mois de vacances estivales de joindre l’utile à l’agréable en saisissant l’opportunité d’un poste de...
Corporal Punishment au pensionnat de garçons 2
il y a 6 ans

L'heure de la punition a sonné

Chapitre 2 Accélération de mon pouls ! D’une voix appliquée mais légèrement tendue, elle me donna alors à voir et sentir l’événement comme si j’y étais ! Les plus jeunes, restés prudemment en arrière, avaient détalé à qui mieux mieux en direction de leur dortoir respectif. Superbe envolée de petites croupes nues à la peau blanche ! Se tenant en retrait et reprenant son souffle, Marie-Thé observait les plus grands, à présent tassés sur eux-mêmes, têtes basses, ridicules avec leur pénis à l’air. Par contraste, leur désarroi les rendait tellement pitoyables ! Monika apostropha durement les trois meneurs pris sur le fait, grands ados à l’air stupide et gauche qui tentaient maladroitement de remonter leur culotte de pyjama sur leur nudité sous l’avalanche des injonctions et des cris que l’intraitable surveillante hurlait à leurs oreilles. « Non ! Messieurs ! Bas les culottes ! Ce n’est pas fini ! » Quel revirement ! Sous les ordres qui claquaient comme des coups de fouet, le...
Studieuses vacances et fesses rouges
il y a 6 ans

Le soutien scolaire efficace avec la fessée

Ils étaient désolés de me tomber dessus comme ça… À l’improviste… Et sans même me connaître… Mais on leur avait parlé de moi… J’avais enseigné les Lettres, à ce qu’on leur avait dit… Et ils avaient un fils… Dont ils se demandaient ce qu’ils allaient bien pouvoir faire… Parce qu’il ne fichait rien, mais ce qui s’appelle rien… Alors si j’avais pu… Au moins lui sortir un peu la tête de l’eau… Ils me dédommageraient, bien entendu… Mon prix serait le leur… Oui… Oui… Mais est-ce que ce garçon était décidé à s’investir vraiment ? À passer la plus grande partie de ses vacances à travailler ? Parce que, dans le cas contraire, je n’avais pas du tout l’intention de perdre mon temps… Il travaillerait, oui… Ils en étaient convaincus… Parce qu’ils l’avaient menacé de la pension… Et c’était une perspective qui le terrorisait… De toute façon il serait prévenu… Si j’avais à me plaindre de lui… De son travail… De son assiduité… De son comportement… le couperet tomberait aussitôt… Il ferait la re...
Studieuses vacances et fesses rouges 2
il y a 6 ans

Formation à la discipline domestique

Dès son arrivée je me suis montrée résolument froide avec lui… Distante… Et puis cassante… Ironique… De plus en plus au fur et à mesure qu’on avançait dans la correction de son résumé… Il s’est troublé… Agité sur sa chaise… À l’évidence il s’interrogeait… Qu’est-ce qu’il avait pu faire ? Dire ? Il y avait quelque chose… Il y avait f o r c é ment quelque chose… Il était coupable, oui, mais coupable de quoi ? Il a failli me poser la question… À plusieurs reprises… S’est chaque fois ravisé… Au dernier moment… J’ai fait durer… Jusqu’à ce que je l’aie bien en mains… À ma merci… Et puis je me suis levée… – Bon, allez ! Tu te déshabilles… Tout… T’enlèves tout… Mais tu commences à avoir l’habitude… Il n’a pas protesté… Il a obtempéré… Sans un mot… – À genoux ! Là ! Devant le canapé… La baguette de noisetier je la lui ai promenée tout le long du corps… Lentement… Très lentement… De la nuque jusqu’au bas des reins… Sur les fesses… Il s’est crispé dans l’attente d’un coup qui n’est...
Week-end BDSM des 10 et 11 octobre
il y a 6 ans

Encore une rencontre BDSM qui pique

Encore un petit week-end BDSM entre amis avec des activités diverses est multiples allant des jeux intellectuels avec gages BDSM. Il y a eu bien d’autres choses que la morale réprouve parce qu’elle n’a pas encore essayé. Allez donc savoir, la morale est peut-être maso sans le savoir ! A SAVOIR : Mes soirées privées n’ont rien à voir avec les rencontres Fessestivites. Certes dans 90% des cas ce sont des membres du réseau Fessestivites mais pas toujours. POURQUOI SI PRIVEES ? Parce que d'octobre à mai, cela se déroule dans ma maison et qu’il est logique de ne pas ouvrir son logis à des inconnus. Mes soirées privées restent malgré tout ouvertes à 2 personnes ou à un couple avec qui les discussions ont été constructives ce qui crée des affinités. .......... POUR L’INFORMATION Si vous organisez des soirées privées, n’hésitez pas à en informer Fessestivites si vous désirez que cela soit annoncé gratuitement dans les évènements. ##### Précisions : pour participer aux soi...
Un fesseur prend une sévère fessée
il y a 6 ans

Un fesseur piégé

##### Un internaute se fait recadrer par une sévère fessée bien réelle Vincent est un adepte de la fessée, son problème est la communication via les forums où il se fait rapidement détester à cause de multiples erreurs dans le choix des mots quand il parle aux femmes. Des fessées il y en a donné deux en tout, une à sa femme qui a fini par le quitter pour d’autres raisons, une à une de ses copines de passage. Inscrit sur de nombreux sites dont les thématiques tournent autour de la fessée, il rame désespérément en changeant de profils régulièrement tout en gardant les anciens pour s’auto complimenter. Sur facedebouc, il est accroché par un site gratuit proposant des rencontres réelles et efficaces. En plus c’est gratuit pense t-il avec une lueur d’espoir. Il n’en croit pas ses yeux lorsqu’il consulte les profils, les filles sont toutes aussi jolies les unes que les autres, Vincent délire tellement qu’il se croit sur le catalogue virtuel de la Redoude, un catalogue où il n’y aurait...
Un témoignage sur le cuni en BDSM
il y a 6 ans

La langue est plus agile après une fessée

##### Il ne faudrait pas croire qu’un couple incluant le BDSM dans ses pratiques sexuelles est par définition inégalitaire, la réalité est que nous nous partageons les tâches pour moitié. Par exemple, j’étais dans la baignoire, la tête sous l’eau pour savourer un bon bain chaud et parfumé pendant que mon homme, qui venait de voir son sexe sous [cage de chasteté](https://abcplaisir.com/22-chastete), était parti préparer le repas. ##### Il avait les efforts, j’avais les récompenses, un partage tout à fait équitable selon moi… Je vous vois venir « je me trompe de sens », non, non, je vous assure, chez moi vous êtes dans un autre monde et les coutumes sont différentes. Dans mon monde il est dans l’ordre des choses que je sois choyée pendant que le mâle de service s’occupe de tout ce qui est désagréable. Je plaisante, cependant il adore lorsque je tiens ce type de discours face à lui, comme si j’étais une e n f a n t ne comprenant pas pourquoi elle ne peut pas se nourrir qu’avec des b...
Spleen au camping : Du rêve à la réalité
il y a 6 ans

1ère série de 7 coups.

Nous avons trouvé un petit camping bien sympa, avec une rivière à proximité pour permettre au chien de se baigner. Parcours acrobatique pour y accéder, mais le coin est désert et je remarque de belles tiges de forsythia, bien droites, longues, flexibles à souhait. Je les regarde avec envie tout en lançant nonchalamment un bâton au chien. Ma Déesse nous regarde jouer, elle ne semble pas s'être aperçue de mon trouble, de mon envie d'être fouetté et je n'ose pas lui en parler. Le soirée me paraît morne; J'a b u s e de nouveau de l'alcool et celui-ci aidant, j'exprime mon besoin d'être fouetté à ma Déesse. Elle m'indique alors que je ne perds rien pour attendre et que demain, elle accédera à mon désir. Sur ce, elle va se coucher, me laissant seul avec ses paroles qui résonnent dans ma tête, devant une bouteille de rosée pamplemousse que, pour une fois, je ne finis pas. Le lendemain, nous retournons à la rivière. L'endroit est toujours aussi désert. Ma Déesse m'ordonne alors de cou...
Publicité en cours de chargement