Récits
Les soeurs dominatrices sont démoniaques 2
il y a 4 mois

BDSM, chasteté, ABDL une histoire hard à la TSM

CHAPITRE 2 Le lendemain de cette série de dérives, une certaine gêne s’installa en Michel. Les filles quant-à-elles discutaient librement de la soirée avec des mots crus et surprenant. Cette forme de sexualité et de ménage à trois semblait leur convenir pleinement. Pire encore, Brigitte trouvait qu’une aide pour dominer et dresser son mari fort gourmand et capricieux ne pouvait pas nuire. Blême, le dit mari n’en menait pas large. Il se manifesta en leur rappelant qu’elles pourraient au minimum lui demander son avis, mais il se fit rabrouer aussitôt par Brigitte qui lui fit remarquer qu’elle lui offrait la chance d’avoir deux maitresses alors que des milliers d’hommes rêvaient d’en avoir une. La relation à trois s’installa rapidement, les deux sœurs s’accordèrent totalement sur les rôles et attributions de chacune. Le sexe de Michel était réservé à Brigitte, son corps pouvait être partagé et utilisé par les deux. La complicité des filles fut étonnante. Elles s’amusaient à le ra...
La fessée d'un innocent
il y a 4 mois

Pour fois qu'il n'avait rien fait

J’avais 15 ans et je fréquentais, ainsi que mon petit frère de 8 ans, une école libre qui accueillait les élèves du CP à la 3ème. Dans cet établissement, la discipline était sévère et, quel que soit leur âge, tous les élèves étaient soumis aux mêmes punitions : coin, piquet, mise à genoux, fessée et autres formes de châtiments corporels. Un jour, au début de l’année scolaire, il y avait eu un gros chahut au réfectoire. Pour nous punir, Geneviève, une solide femme de service qui devait avoir 45 ans, nous fit mettre les mains sur la tête. Nous nous exécutâmes tous, mais peu après, quelques élèves commencèrent une bataille de boulettes de mie de pain. Bien entendu, ma table était concernée. Geneviève se fâcha tout rouge. « Toute la table à genoux par terre, mains sur la tête ! » nous ordonna-t-elle. Mes cinq copains obéirent, sauf moi car je n’avais pas lancé de pain. Geneviève ne voulut rien savoir : « Toi aussi, à genoux, comme les autres ! » me cria-t-elle de plus en plus e...
Une sérieuse fessée en public
il y a 4 mois

Sécher l’examen fait mal aux fesses

Je suis né en 1953 et, à cette époque, la fessée comme mode de punition était « monnaie courante » dans les foyers et dans certaines écoles. Je voudrais vous conter l’une d’elles qui me laisse un souvenir particulier car je la reçus alors que j’avais 14 ans. C’était en 1967, j’étais en classe de Troisième. Nous étions à la fin de l’année scolaire et le BEPC approchait. Je me rendis aux premières épreuves en matinée. Le temps était magnifique, invitant davantage à la promenade qu’à l’enfermement dans une salle d’examen. L’après-midi, sur un coup de tête comme on peut avoir à ces âges de l’a d o l e s c e n c e , je décidai de sécher les épreuves. J’allai me promener au Jardin du Luxembourg et louai un bateau à voile pour le faire voguer sur le bassin au mépris des réactions de ma mère dont j’avais pourtant tout à craindre. Le soir, ma mère qui venait de rentrer du collège où elle était de prof de gym, me demanda si j’étais confiant dans cette première journée d’examen....
Ma maîtresse n’a pas aimé ma surprise
il y a 4 mois

Au menu : selfbondage, chasteté, fessée, féminisation et couche

Résumé : Trouvant que sa femme ne le dominait pas assez, un soumis s’offre à elle avec un petit selfbondage. Son but était qu’elle lui fasse des choses qu’il avait envie qu’elle lui fasse. Ah pour lui faire des choses, elle va lui en faire, mais pas du tout ce qu’il espérait ! ............................ Comme beaucoup d’hommes soumis j’ai des envies et je trouve que ma femme qui est un peu Maîtresse ne joue pas assez avec moi. Vendredi j’ai eu des RTT, alors j’en ai profité pour lui faire une grosse surprise : moi en cadeau avec d’autres surprises. Dès que je suis arrivé à la maison, j’ai fait le ménage et j’ai rangé le lave vaisselle en même temps que je préparais la table. Ensuite j’ai préparé le dîner qu’il n’y avait plus qu’à réchauffer. Sympa non ? Son premier cadeau, cela devait être moi, sans défense offert à toutes ses envies. Dans l’entrée de la maison, j’ai mis un papier sur une chaise où j’avais écrit que ma bouche était à sa disposition ou plus si elle l...
Une drôle de revanche
il y a 5 mois

La fessée déculottée sur un cours de tennis

Il n’est peut-être pas inutile de rappeler que tout cela est de la fiction, et que toute ressemblance avec des personnes ayant existé ne seraient que pure coïncidence… La nouvelle avait fusé d’un bout à l’autre de la ville : l’américaine voulait sa revanche. Au commencement, personne n’avait pris cela au sérieux. Le match était joué, le score entériné, nul ne pouvait contester la victoire de ‘leur’ Suzanne. Certes, l’arbitrage avait été confus en fin de rencontre, mais cela n’avait pas été au détriment de la plus jeune des joueuses. Bien au contraire, l’arbitre de chaise n’avait-il pas donné le match à ‘la divine’ avant de se rétracter ? On avait dû poursuivre avant que la française ne s’impose trois jeux plus tard. Mais les rumeurs persistaient. On prétendait que la yankee avait fini par découvrir la faille dans le jeu de son adversaire et qu’elle clamait haut et fort que jamais plus elle ne perdrait contre elle. Des témoins de cette rodomontade avaient décidé de la prendre au...
Sévères déculottées devant un public féminin
il y a 5 mois

Fessée humiliation et discipline du jupon

J’ai grandi dans le Sud de la France, dans un territoire très rural à la fin des années 70. Même si les pratiques d’éducation avaient évolué, les punitions corporelles demeuraient encore bien présentes que ce soit dans les familles ou dans les écoles où le statut et le rôle des enseignants étaient encore très respectés. Comme beaucoup d’entre nous, j’ai connu une éducation stricte et les châtiments corporels ont accompagné mon e n f a n c e et ma jeunesse. Mes parents croyaient dans les vertus des fessées à la main et au martinet. Au quotidien c’est surtout ma mère qui me corrigeait. Elle estimait qu’une bonne dose de honte est le complément indispensable d’une correction. C’est ainsi que la plupart de mes fessées dûment déculottées eurent lieu en public (devant la famille, des amis, voire de simples connaissances du village), et plus particulièrement en présence d’un public féminin. Pour accroître mon humiliation ma mère m’habillait parfois en fille et autorisait d’autres femme...
Quand les femmes donnent la fessée
il y a 5 mois

Revenir dans le droit chemin

Le jeune homme sportif a plongé du bateau, faisant à peine une petite secousse quand il est entré dans l’eau, en descendant profondément sous l’eau. À plusieurs reprises, il est apparu, faisant rapidement surface et redescendant. Plus d'une heure et demie plus tard, il a fait surface pour la dernière fois et a grimpé dans le bateau en tenant dans sa main gauche de petits objets. Alors qu’il embarquait à bord, trempé dans son maillot de bain style short de surf, il a été accueilli par 4 ou 5 autres hommes, probablement entre 15 et 20 ans de plus que lui. Alors, à quoi ça ressemble, Benoît ? Ont-ils demandé. Eh bien, il va falloir un peu de réparation, c'est certain, répondit-il, pieds nus. Se tournant vers sa droite en entendant les pas et levant les yeux, soudain, lui et les hommes sur le bateau ont été accueillis par une femme plus âgée - une ancienne catcheuse. La géante, à la fin de la quarantaine, avait une grosse tête, un cou épais en et de longues jambes et bras musclé...
Une crapule fessée pour agression d’un policier
il y a 5 mois

Une fiction autour de la fessée judiciaire publique.

A l’attention des lecteurs : Cette histoire érotique est le fruit de mon imagination et n’a aucun caractère politique. Nous sommes en 2024, les élections de 2022 ont créé la grande surprise. Alexandre Juving-Brunet est devenu président de la république à la grande surprise des candidats habituels. Il est vrai que proposer 10 référendums aux français pour qu’ils puissent enfin s’exprimer, est une idée originale qui les a séduit. Son but est de redonner à la France sa légitimité d’avant, que cela soit pour la politique agricole, les entreprises, le ministère de l’Education nationale qui a été rebaptiser en ministère de l’instruction publique puisque l’école n’est pas là pour éduquer, ce qui est le rôle des parents, mais pour instruire. Ancien capitaine de gendarmerie, après un séjour aux renseignements généraux, Alexandre Juving-Brunet prônait également le respect de tous, que cela soit les salariés, les retraités, les gendarmes, la police et les citoyens quelques que soit...
Souvenirs « brûlants » de vacances en France
il y a 5 mois

Les fessées d'une autre époque

Je suis l’aîné d’une famille vivant en Afrique dans les années 50 où nos parents (médecin et infirmière dans les colonies de l’époque) étaient très pris à l’hôpital. Pour aider notre mère, dès qu’elle fut à la retraite, sa sœur aînée, enseignante et célibataire, vint s’installer à la maison et c’est elle qui nous a vraiment élevés mes deux sœurs et moi. Elle était très sévère et filles et garçon étions soumis aux punitions corporelles avec la même rigueur. J’étais un garçon timide et plutôt rêveur et, seul parmi ces filles, ma tante disait souvent en plaisantant qu’elle avait trois fillettes à élever. Chaque été pour éviter la chaleur des tropiques, nous passions avec elle nos vacances d’été en Savoie où nos parents louaient un chalet. Et le martinet familial faisait lui aussi partie du voyage… À l’époque de ce récit, j’avais 14 ans et mes sœurs Hélène et Martine, respectivement 13 et 10 ans. Étant scout, j’avais fait la connaissance d’une troupe de scouts qui campaient...
Spectatrice involontaire mais ravie !
il y a 5 mois

Le plaisir de voir les autres prendre une fessée

Me croiriez-vous ? L’une des fessées les plus mémorables que je garde en mémoire est celle dont je fus… non pas la patiente douloureuse, mais la spectatrice ravie ! Quelle veine… pour une fois ! C’était en 1964 à la fin de l’école primaire lorsqu’il me fut donné de voir la terrible Miss Perth de la classe supérieure en train d’administrer une correction à une grande élève qui lui avait désobéi. Je m’étais mal conduite la veille en classe et la maîtresse m’avait punie de récréation pour le restant de la semaine. Au lieu de cela, je devais travailler en retenue dans la salle d’études. Sur le mur du fond de la salle d’études il y avait une sorte de petit vasistas qui permettait d’aérer une autre petite pièce qui tenait lieu de réserve. Comme j’étais en train d’apprendre une leçon, j’entendis la voix de Miss Perth dire : « J’ai été trop patiente avec vous, ma fille ! Vos insolences m’ont épuisée ! » Je ne connaissais que trop le ton haut perché de cette voix. Elle n’annonçai...
Une fessée publique
il y a 6 mois

Les confidences érotiques de Sylvie une femme qui donne de sérieuses fessées à son mari.

Comme je vous l'ai laissé entendre je préfère rester discrète sur ma façon "d'éduquer" mon petit mari. Notre entourage ignore qu'à la moindre incartade monsieur est déculotté et fessé comme un gamin. Cependant pour parfaire l'efficacité d'une punition il est nécessaire d'augmenter l'humiliation du sujet, surtout que si, au début, le fait de se retrouver allongé sur mes genoux culotte baissée lui était pénible, il me semble qu'il s'y habitue. Pour augmenter sa punition il faut bien sûr claquer plus fort, plus longtemps et utiliser des instruments. Mais j'utilise deux autres techniques, la fessée publique anonyme et la fessée semi publique. La fessée publique anonyme, consiste à administrer une fessée déculottée devant des gens inconnus et qui ne peuvent nous reconnaître, comment procéder ? Le plus simple c'est la fessée autoroutière, je m'explique, je connais un endroit où un chemin agricole suit l'autoroute. Je gare la voiture et je sors mon petit mari, je le courbe sous mon bra...
Discipline domestique ferme et cage de chasteté
il y a 6 mois

La chasteté et la fessée font mieux lécher les maris soumis

Il ne faudrait pas croire qu’un couple incluant le BDSM dans ses pratiques sexuelles est par définition inégalitaire, la réalité est que nous nous partageons les tâches pour moitié. Par exemple, nous en étions à un point où j’étais dans la baignoire, la tête sous l’eau pour savourer un bon bain chaud et parfumé pendant que mon homme, qui venait de voir son sexe encagé, était parti préparer le repas. Il avait les efforts, j’avais les récompenses, un partage tout à fait équitable selon moi… Je vous vois venir « je me trompe de sens », non, non, je vous assure, chez moi vous êtes dans un autre monde et les coutumes sont différentes. Dans mon monde il est dans l’ordre des choses que je sois choyée pendant que le mâle de service s’occupe de tout ce qui est désagréable. Je plaisante, cependant il adore lorsque je tiens ce type de discours face à lui, comme si j’étais une e n f a n t ne comprenant pas pourquoi elle ne peut pas se nourrir qu’avec des bonbons. Se dévouer pour mon confor...
Publicité en cours de chargement