Récits
Le Manoir 2/2
il y a 2 mois

Un manoir plein de Maitresses qui permet d’assumer ses fantasmes

Je ne sais pas combien de temps j’ai dormi, mais je fus réveillé par Maitresse Aurora qui caressait ma queue. Jolie blonde platine vêtue d’une robe courte en vinyle rouge vif comme son rouge à lèvres et hauts talons rouges également. Quel beau réveil. Elle me détacha, me fit relever et dit : « Va te laver bien à fonds. » en me claquant les fesses « Je dois te préparer pour la soirée ». Puis elle ajouta : « Alors comme ça il parait que tu es une vraie bonne petite chienne, une belle salope ? » « Oui » Maitresse dit-je avec un léger sourire en mettant un doigt dans ma bouche. « Je vois ça » dit-elle « Et bien je vais te préparer pour que tu sois une bonne petite pute ce soir ». « Bien Maitresse, merci Maitresse » répondis-je. Lorsque je revins de la douche tout nu, elle avait préparé tout un tas de matériel et de vêtement sur le canapé. Je restais debout. Elle me donna un corset noir avec des bonnets demi-seins blanc tétons apparent terminé en bas par une très courte ba...
Le Manoir 1/2
il y a 2 mois

Un manoir plein de Maitresses qui permet d’assumer ses fantasmes

Lorsque j’ai découvert le site du manoir avec toutes ces maitresses, je me suis dit qu’il était fait pour moi. Mais lorsque j’ai vu qu’on pouvait se faire filmer avec elles, et que j’ai lu leurs spécialités respectives, je me suis mis à bander comme un âne. En voyant toutes ces belles femmes dominatrices, je n’ai pu m’empêcher d’éjaculer. J’ai pris mon temps à étudier tout le site, puis j’ai fini par écrire afin de connaitre les modalités. J’ai donc commencé par choisir les maitresses que je voulais suivant leurs spécialités et mes fantasmes. J’allais pouvoir les réaliser. Puis, j’envoyais ma liste avec quelques questions subsidiaires. La réponse fut assez rapide. Aussi, après quelques échanges supplémentaires, je réservais pour 24 h. Je pris soin de faire une épilation totale avant d’y aller. J’arrivais tard après diner. Une belle hôtesse, très sexy, m’emmena directement dans ma chambre. Elle était très bien équipée avec un certain nombre de sex-toys et décoré de ph...
Oui Madame
il y a 6 mois

Mon histoire écrite par Judeline avec mes mots

Oui Madame. Elle marchait comme une Déesse, féline, gracieuse, arrogante, regardant autour d’elle comme si elle cherchait ses disciples. Elle planta son regard noir dans le mien, comme ça, comme un matador plante son épée dans le dos du taureau. Je l’imaginais s’approcher de moi et me demander de me mettre à genoux et lui prêter allégeance. Je l’aurais fait. « Oui Madame. » Ses cheveux noirs légèrement ondulés tombaient en cascade sur ses épaules mates, mises en valeur par les bretelles fines de sa robe rouge sang. - Yann ? Yann, tu m’as entendu ? Je clignais des yeux. Un homme aussi brun que ma belle inconnue, l’embrassait à pleine bouche. Il suivit son regard et tomba sur le mien. Il grommela quelque chose dans son Espagnol natal, amorçant un mouvement agressif dans ma direction. La Belle l’arrêta en le retenant par le bras, lui murmura certainement les mots qu’il attendait à l’oreille avant de déposer un baiser léger dans le creux de son cou. Un sourire carnassi...
La maison des soupirs partie 2
il y a 11 mois

Quand les sissys cries, les femmes sont ravies.

Les punitions d’Abby s’étaient révélées bien plus sévères que celle de Kassandra. Et pourtant, Kassandra était déjà une redoutable fesseuse. Mieux valait obéir que de se retrouver attaché sur sa croix de Saint-André. Durant la semaine, j’avais eu le droit à des cours particuliers et intensifs. Coiffure, même si pour le moment mes cheveux étaient encore trop courts pour cela, maquillage, serrage de corset et habillement, maintien évidemment, mais surtout, marche en talons hauts. J’avais même eu les oreilles percées. Inutile de vous dire que Lilian, enfin Lily, puisque nous n’étions plus de jeunes garçons, mais bel et bien des sissy, avait reçu le même traitement. Le samedi arriva trop vite à mon goût. Et en cet instant, j’aurais préféré ne pas savoir ce qui m’attendait. Ce qui nous attendait à Lily et moi. Je pouvais entendre le bruit des discussions à travers le rideau. La salle devait être bondée. Bondé de femmes qui n’attendaient qu’une chose. Nous voir souffrir. J’étais à genoux, tê...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 116 : Après la pause
il y a 1 an

Quand l’engrenage chauffe, bruite ou émet de la fumée, inutile d’en accélérer le mouvement pour en faire disparaitre l’inconfort.

Chapitre 116 : Après la pause Le sourire qui élargissait l’ensemble du visage de Christian me fit frissonner malgré la température de la pièce que les deux projecteurs avaient élevée aux alentours, sans conteste, de trente degrés. J’essayai de dégager la chaîne du crochet, alors que Vlad fouillait toujours dans le coffre. Christian avait enlevé sa chemise et ses chaussettes, ne gardant que son survêt taché. Ses yeux sombres et sa barbe le faisaient ressembler maintenant plus à un personnage d’une période mégalithique soulevant des pierres pour assembler des dolmens, qu’à un dominateur tel que Basile, Lucifer ou même Vlad, plus sophistiqué. Il alluma le plug et me souleva en prenant uniquement appui sur le socle de celui-ci. Le malade, pensai-je. Il allait me l’enfoncer, si loin, comme un suppositoire, que je ne pourrai plus le ressortir. Vlad prit ses photos, tandis que le gorille, content de sa prestation physique, poursuivait sur autre chose. Il s’agissait maintenant de c...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 115 : Les photos
il y a 1 an

Ce n’est pas parce qu’un engrenage grince qu’il ne fonctionne plus, mais il y a de fortes chances qu’il s’use plus vite.

Chapitre 115 : Les photos - J’aurais dû monter avec des habits, répondis-je faussement embêté, sachant l’inutilité, voire le sarcasme de ma réponse. - Des photos de nus, reprit Christian, hermétique à mon humour. - J’espère qu’au moins il vous fait bien l’amour, plaignis-je Vlad, devant ce manque évident d’intelligence. Ce dernier sourit. Christian ne comprenait même pas ma remarque. Ils me conduisirent dans la chambre à coucher. Tout y avait déjà été préparé. Deux lampes, des projecteurs au vu de l’intensité lumineuse qu’ils dégageaient, dirigeaient leur éclairage vers le lit couvert d’un drap de satin noir. Il insisterait judicieusement sur la blancheur de mon corps, pensai-je en connaisseur. - Tu n’as jamais fait de photos ? - Des nus ? répondis-je. - En général. - Non. Aurai-je raté une carrière de top-model ? dis-je ahuri. Vlad rit de ma blague. Christian ne fit aucun mouvement. C’était étrange comme impression. J’étais mal à l’aise, pire que lorsque je...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 77 : Tentation
il y a 1 an

Savoir s’arrêter avant le dernier tour de roue, pour ne pas briser l’engrenage, est souvent une gageure.

Chapitre 77 : Tentation - Alors, tu ne vois donc aucune objection à recevoir quelques coups de plus ? insista Nathalie. - Je ne vois même pas ce qu’est une objection, Maîtresse, arguai-je. - Nous arrêterons là, endigua Maîtresse Diane, interrompant la séance. - Pourquoi ? s’étonna Nathalie. - Parce que c’est une bonne soumise et qu’elle ne dira jamais stop. C’est donc à nous d’être de bonnes dominatrices et de savoir quand s’arrêter, expliqua Maîtresse Diane. - Comment pouvons-nous le savoir ? questionna Valérie, avide de savoir. - Vous devez connaître votre soumise, ses réactions, ce qu’elle ressent. Là, elle est épuisée. Elle a perdu son humour sarcastique. Elle ne comprends plus ce qu’on lui dit, ou ce qu’on lui demande. Maîtresse Diane avait raison. Je baissai à nouveau la tête, las. Le fait de savoir que cela se terminait, achevait d’entrer dans mon esprit. On allait me détacher. Je pleurai, de joie cette fois, sachant que cela était maintenant terminé. Peu...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 76 : Dilemme
il y a 1 an

Un engrenage ingénieux peut tourner dans les deux sens, mais la forme de ses dents doit être très précise.

Chapitre 76 : Dilemme - Combien doit-on lui en donner ? demanda Valérie. - On ne « doit » pas ! On le fait pour notre plaisir et son plaisir, la reprit Maîtresse Diane. Cela ne te fait plus plaisir ? - C’est trop cruel pour moi. - Et toi, soumise, veux-tu qu’on arrête ? me demanda lady Christine. Tu abandonnerais ? Tu décevrais ta maîtresse. Nous avions encore tant à te montrer. Elle commençait à oublier que, pour les étudiantes, ma maîtresse, Ladyscar, était présente. - Non, Maîtresse. Non Ladyscar. Je suis prêt à poursuivre, me résignai-je à répondre. - Sinon, je te détache et nous partons maintenant, me proposa Valérie. C’était tentant. Dans la tenue qu’elle portait, je l’aurai suivi n’importe où, mais elle ne disait cela que pour m’aider. Elle sortait avec Sébastien, pas avec moi. Dire non, cela terminerait mon initiation avec mes maîtresses. Je ne reverrai plus non plus Lydia, ni les vendeuses de la boutique, même si j’essaierai d’y retourner tout seul. Ce...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 75 : Bleues et bien cuites à la fois
il y a 1 an

La surchauffe d’un engrenage est le premier risque d’un mauvais fonctionnement

Chapitre 75 : Bleues et bien cuites à la fois - Ses couilles, ses petites noisettes, ses boulettes de viandes, vous allez les maltraiter, avec vos doigts, vos mains, vos poings, vos genoux et vos pieds, expliquait Lady Christine. Je voyais dans le regard de Nathalie, toutes les opportunités qui fantasmaient dans les profondeurs de son esprit. A nouveau, elle guida mes yeux vers ses bottes aux bouts pointues, souriant de l’effet qu’elles me faisaient. Elle avait eu connaissance de la suite des activités et avait choisi ces bottes dans cet unique but. Je comprenais mieux la réaction de Valérie, cherchant à me protéger d’elle. - On va commencer avec les doigts, dit Maîtresse Diane. Cela tombe bien qu’il ait deux couilles, chacune la sienne. Il ne faut pas croire que l’usage unique des doigts était plaisant, car la réitération cumulative sur un même morceau de chair était un autre paramètre. Quand je m’auto-infligeais des sévices, j’alternais les zones, réduisant la durée de...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 48 : Sadisme
il y a 1 an

Un engrenage résistant acceptera d’être stimulé hors de ses limites, tant que cela ne dure pas trop longtemps

Chapitre 48 : Sadisme Ladyscar ne voulait pas être en reste et, pour ces cinq derniers coups, elle revint de l’étagère d’exposition avec un câble électrique. Maîtresse Diane, regardant coup sur coup le câble et le fouet, regrettait déjà son choix qu’elle jugeait probablement un peu conventionnel ou pas assez sadique. - Pour Nathan, dit Lady Christine, cinq coups de canne à l’arrière des cuisses et les cinq coups de câble sur le ventre. - Pour Ben, ajouta Maîtresse Diane, il recevra les cinq coups de fouets sur le dos et ceux des câbles sur les fesses. - Pour mon soumis, poursuivit Ladyscar, le fouet dans le dos également, et les coups de canne à l’arrière des cuisses. Au vu du jeu de cartes des emplacements d’anatomie humaine, comprenant plusieurs lieus dans les zones génitales, je soupçonnais que nos maîtresses tenaient secrètement à nous. Elles décidèrent ensuite de procéder soumis par soumis, plutôt que maîtresse par maîtresse et comme ma position convenait toujours a...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 47 : Derniers mots, derniers maux
il y a 1 an

Le couple d’une roue a plus d’importance que sa taille.

Chapitre 47 : Dernier mots, derniers maux Lady Christine en terminait enfin avec son soumis. Cinquante coups de cravache dans le dos ! Ce dernier prononçait les derniers nombres en expirant dans tous les sens du terme. Je réfléchissais, convaincu que l’attaque de front contre ces deux femmes que menait Ladyscar était vouée à l’échec. J’avais encore deux jours à passer avec elles. Je cherchais une meilleure idée. Il me fallait les amadouer. A part le verre de vin, je pense que j’aurai déjà pu réussir avec Maitresse Diane. Lady Christine, c’était différent ; elle aimait juste infliger de la douleur. Pour le maso que j’étais, ce ne serait pas un problème, enfin je le croyais encore à ce moment-là. - Pouvons-nous les détacher et les nettoyer, demanda sarcastiquement Ladyscar après que Lady Christine eut prolongé au maximum la séance. - Maîtresse, sans vouloir m’imposer, pris-je la parole. Je comprends que le sort m’ayant été favorable, et, plus encore, du regret de vos amies de...
Premières expériences et engrenages : Chapitre 46 : Correction
il y a 1 an

Pour connaître la profondeur du puit, inutile d’y jeter un sot, compte les tours de la roue jusqu'à ce que le seau touche le fond.

Chapitre 46 : Correction - Compte ! me cria-t-elle. - Un. - Un, qui ? - Un, maîtresse. Merci Maîtresse. Le second coup, pareil au second toucha un autre endroit, multipliant par deux la douleur ressentie. J’en oubliai momentanément cette satanée pâte qui me cuisait de l’intérieur et de l’extérieur. - Deux, maîtresse. Merci Maîtresse. J’avais décidé de parler distinctement, sans que mes émotions ne s’expriment, comme un bon soumis. Pour cela j’attendais quelques secondes après le coup, juste le temps d’une respiration. - Trois, maîtresse. Merci Maîtresse. Les autres couples étaient en train de se préparer. Ben s’était nettoyé en une vitesse record, plus inquiet de l’impatience de sa maîtresse que de l’huile pimentée qui pouvait rester en lui, probablement peu habitué à cette générosité relative. - Quatre, maîtresse. Merci Maîtresse. Les coups s’enchainaient. J’étais plus masochiste que soumis à la différence de ce que je crusse connaitre des autres mâles...
Publicité en cours de chargement