J’ai essayé le self-bondage

Curieuse et épicurienne, j’ai essayé pour voir ce que ça fait de s’attacher toute seule.
Avant, j’ai tout testé pour ne pas prendre de risque. Pour ma sécurité, j’ai prévenue une copine que j’avais en rencard à la maison. Je lui ai évidement pas dit la vérité. Elle a les clés de chez moi pour nourrir le chat quand je m’en vais et inversement. Elle, c’est pour ses plantes et ses poissons. je lui avais dit que si je l’appelais pas ou ne lui envoyais pas de texto le soir même ou le lendemain, il fallait qu’elle vienne à la maison.

Comme matériel je n’ai pas grand chose, un petit plug, un petit vibro, une corde puis ma petite folie, une paire de menottes qui n’a jamais servie avec quelqu’un. Un copain qui m’attacherait et me ferait l’amour. Oups j’ai un peu honte là, mais bon, quand je vois ce qu’il se raconte ici....
Pour essayer, j’avais mis mes sextoys en moi, j’étais en pantalon pour tenir les sextoys, surtout le vibro en forme de tube. J’avais fait un ice-timer comme vous dites ici. Comme j’avais peur, j’ai mis trois ficelles pour le relier à mes menottes. Il était posé par terre à côté du lit dans une tasse d’eau congelée. Pour m’obliger à garder mes jambes écartées, j’ai utilisé des ceintures passées dans le sommier. Pour mon poignet gauche, j’ai fait un noeud coulant avec mon unique corde et pour mon poignet droit, c’était les menottes accrochées à la tête du lit. Je voulais m’attacher avec les membres en X pour être totalement offerte à mes sextoys. J’étais torse nu, avec deux pinces à linge gentilles sur mes tétons et pour mes yeux, j’avais un bandeau qu’on m’avait donné pour dormir dans un avion.

Au moment final j’étais aussi excitée qu’apeurée. Après avoir tout révisé dans ma tête, ne voyant pas de risque ou problème possible, j’ai mis ma main dans mon pantalon pour allumer le vibro. J’ai encore vérifié que les ficelles du ice-timer étaient là et bien attachées, et j’ai fermé la menotte sur mon poignet. J’ai mis le bandeau sur mes yeux et j’ai cherché la corde dans laquelle j’ai passé mon poignet. Le noeud coulant a fonctionné et a fini de m’attacher comme prévu. Mon premier réflexe a été de tirer sur mes entraves. Pourquoi j’ai tiré je n’en sais rien puisque c’est moi qui les avait faites. Je pense que c’était pour m’assurer quelles tenaient et elles ont tenu.
Mes sensations : excitation, un peu peur et un peu honte aussi. Je ne suis pas parvenue à jouir mais ce n’était pas loin. Dans ma tête, mon copain me faisait des choses, c’est tout, rien de bien méchant. L’excitation est tombée dès que le glaçon m’a donné les clés. Au début j’ai tiré sur les ficelles, je l’ai touché des doigts et il m’a donné les clés trop vite. C’est vrai qu’avec une petite tasse à café même pas pleine, il ne pouvait pas durer longtemps.
Si je le refais un jour, je ferai un glaçon plus gros.
Je vous raconte ça par ce que c’est excitant de partager ça avec des inconnus.
il y a 1 an

Bonjour, merci de ce témoignage sympa et je vous souhaite de trouver le partenaire qui "abusera" dans vos limites de votre impuissance
Mais une question: Le noeud coulant ne serait' il pas dangereux à la longue? En bondage il n' y a jamais de noeud coulant je pense pour éviter les risques de "strangulation".
Bien à vous
il y a 1 an

Félicitations à vous mademoiselle, pour avoir osé essayer et aussi pour avoir osé en parler.
il y a 1 an

Publicité en cours de chargement