Camille IV - Le Pan

Catégories : Femmes fessées
Ce récit est la suite de : Camille III - La malade imaginaire
lunapower il y a 2 mois

Le mercredi était un jour un peu spécial pour Camille, sa journée. Elle ne travaillait pas ce jour-là ayant fait le choix du temps-partiel consacrant sa journée à son bonheur et à ceux qu'elle aimait. Elle avait pris l'habitude d'aller jouer au tennis avec sa cousine et de préparer un dîner ou une surprise à son Nico.

Donc en ce mercredi du mois de Juin, Camille rentrait de sa partie de tennis et s'arrêta boire un Mojito avec sa cousine, elles se quittèrent, elle regarda sa montre, 17h12. Juste le temps de rentrer et de préparer à manger se dit-elle. Elle fit les 500m qui la séparait de l'appartement, guillerette, en sautillant. Elle alla déposer son sac de tennis dans la cave, puis rentra.

  • "Allez, hop la douche" Dit-elle, se dirigeant vers la salle-de-bain.

Elle s'arrêta devant le miroir du couloir et se remémora avec délice la terrible fessée qu'elle avait reçue il y a 10 jours… Elle baissa doucement son short, sa petite culotte suivit et elle caressa délicatement ses fesses d'un blanc immaculé et se mit à sourire.

Puis elle alla prendre sa douche, et vérifia son épilation. Camille aimait avoir son sexe lisse, sentir directement sur sa peau les savoureuses caresses que lui prodiguait Nicolas. Elle appréciait aussi ce côté "petite-fille" quand elle allait recevoir une fessée…

Elle sortit de la douche, prit dans l'armoire une jupe plissée noire qu'elle assortit à un chemisier manches courtes bleu roi à petits points blancs. Elle enfila une petite-culotte blanche avec un petit nœud, coordonnée à son soutien-gorge. Elle finit de s'habiller, lissa sa longue chevelure blonde et choisit une paire de ballerines noires vernies qui lui donnait un air de fille modèle.

18h27, Nicolas n'allait pas tarder. Camille prépara un plateau avec quelques blinis au saumon accompagnés d'un Balalaïka (4 cl vodka, 2cl cointreau, 2 cl citron pour les amateurs) et ajouta un martinet avec un air mutin.

Elle disposa le tout sur la table basse, mit la Pastorale (Beethoven symphonie n°6) en fond sonore puis elle s'agenouilla sur le fauteuil face au canapé, tout sourire de son plan.

Moins de 5 minutes après, une clef tournait dans la serrure. Nicolas déposa son ordinateur et entra dans le salon.

  • "Quel accueil! "dit-il enjoué.

Camille se leva, tourna sur elle-même faisant virevolter sa jupe.

  • "Assieds-toi." dit-elle sur un ton enfantin et joueur.

  • "Toi, tu as fait une bêtise" dit Nicolas lui adressant un clin d’œil.

  • "Mais, nooooon !!! Je suis juste une paaaarfaite petite amie!"

  • "Ça c'est bien vrai" dit Nicolas en lui déposant un léger baiser sur la joue.

Il s'assit, Camille s'agenouilla, servit le cocktail et prit un blini.

  • "Ben tu ne bois pas, poussin ?"

  • "Moi, heu, non..." dit-elle en rougissant légèrement, un grand sourire aux lèvres.

  • "C'était bien ton match avec Laure ?"

  • "Oui, mais on a juste joué comme ça et après on est allée boire un mojito à la nouvelle rhumerie !"

  • "Un mojito en pleine après-midi, y en a qui ne s'embêtent pas"

  • "Bah..."

  • "Bah… je crois que ça mérite une punition de montrer le mauvais exemple à sa jeune cousine" dit Nicolas en entrant dans son jeu.

  • "Moi aussi, je pense bien" dit Camille en le regardant de ses grands yeux bleus, tout en battant des cils.

  • "Je pense même qu'une bonne fessée me ferait le plus grand bien !"

Nicolas rit.

  • "Oui une grosse fessée pour ma sale gosse! Allez, viens par ici!" dit Nicolas attrapant la main de Camille et la tirant sur ses genoux.

Camille s'ajusta, aidée par Nicolas. Une première claque s'abattit sur sa jupe, elle poussa un petit cri de surprise. Une vingtaine de gifles s'enchaînèrent lentement et fortement, puis Nicolas fit glisser la jupe de Camille à ses chevilles. Celle-ci tenta de l'écarter du pied sans y parvenir.

  • "Lève-toi, vas ranger ta jupe et enlèves ton chemisier aussi"

  • "Mais euuuuuuh" dit Camille en s'exécutant. Elle vint ensuite reprendre sa place.

La fessée reprit, Nicolas fessant en expert alternant caresses, claques, découvrant une fesse pour une série rapide, marquant une petite pause tapotant l'autre, donnant 3 grandes claques plein centre puis 4 à la naissance des fesses empêchant ainsi Camille d'anticiper les coups. Les fesses de Camille avaient maintenant une jolie couleur capucine, Nicolas passa alors ses doigts sous l'élastique de sa culotte. Camille souleva le bassin en poussant un soupir langoureux, le léger tissu glissa lentement jusqu'au milieu de ses cuisses. Il les caressa tendrement, remontant vers ses trésors cachés et s'y attardant quelques instants. Elle gémit. La fessée se poursuivit sur un rythme de métronome, n'épargnant aucune zone des jolies fesses de sa chérie. Sa lune était maintenant d'un beau rouge vif. Nicolas s'arrêta, massant d'un main le derrière bouillant de l'autre les cheveux désordonnés de Camille, puis sa main descendit entre ses cuisses. Elle respira profondément. Il lui retira alors totalement sa culotte et son soutien-gorge pour la fin de la fessée. Camille aimait les vraies fessées, celles qui lui permettaient de lâcher prise et de s'abandonner totalement.

Nicolas l'enserra alors par la taille pour achever son œuvre, sa main s’éleva haut dans l'air, par réflexe elle serre les fesses, une caresse les lui fit les relâcher. La correction reprit sur un rythme endiablé, ses pieds se crispèrent, ses jambes commencèrent à s'agiter faisant tomber ses ballerines. Il se baissa, en saisit une, et attrapa la main de Camille. La fine semelle de cuir s'abattit avec force sur le derrière déjà malmené de la pauvre qui poussa un cri, le rythme s’accéléra ses jambes battant l'air dévoilant avec impudeur son sexe ruisselant, sa respiration devint de plus en plus haletante. Nicolas abandonna la ballerine et donna de grandes gifles à la jonction si sensible des fesses et des cuisses. Camille serrait de plus en plus fort la main de Nicolas puis poussa un grand cri, se relâcha et se mit à pleurer doucement.

Nicolas caressa ses fesses écarlates, sa nuque, lui balaye les cheveux sur le côté. Elle tourna la tête sur le côté et lui sourit. Nicolas lui essuya ses larmes du bout des doigts. Elle se leva alors, s'assit sur ses genoux et l'embrassa langoureusement.

  • "Dis, tu viens me faire un petit massage ?"dit Camille d'une petite voix que elle seule savait prendre et à laquelle on ne pouvait résister.

  • "Va t'installer j'arrive" dit Nicolas lui caressant le dos.

Elle se dirigea vers la chambre, s'arrêtant devant le grand miroir et contemplant ses fesses rouge écarlate, elle excisa un grand sourire. Elle prit de l'huile hydratante dans la salle de bain, disposa une serviette sur le lit, alluma quelques bougies et s'y installa. Un sentiment de bonheur et de plénitude l'envahit. Elle se sentait bien, protégée, aimée.

Nicolas qui était parti fumer une cigarette, rejoint Camille avec ses vêtements et le martinet.

Il la caressa avec les lanières de cuir de sa nuque à la plante des pieds, Camille frissonna. Il s'attarda sur ses pieds, lui donna quelques coups, la faisant gémir. Puis le martinet s'insinua entre ses fesses, lui léchant son petit trou. Il posa ensuite sa main au-dessus de ses reins et lui donna 6 fouettées vigoureuses.

  • "C'est pour laisser tes vêtements traîner"

  • "Méchant" dit Camille sur un ton enfantin.

Nicolas sourit sans rien dire et commença à la masser, il dégagea ses cheveux, pour s'occuper de sa délicate nuque, son dos, ses jambes jusqu’à ses pieds. Camille lui sourit alors qu'il allait s'occuper de ses fesses et s'endormit. Nicolas termina ses soins et la couvrit.

Il partit ensuite chercher des sushis, l'un des pêchers mignons de Camille, dressa la table et disposa un petit cousin sur la chaise de son amie. Il revint ensuite dans la chambre pour réveiller la belle qui dormait encore. Il la découvrit, embrassa ses fesses et remonta jusqu'à sa joue. Camille se réveilla, lui sourit et lui rendit son baiser.

  • "On va manger !!"dit-elle l'estomac gargouillant…
Lire la suite : Camille V - Au Georges V
Malicia Une très belle histoire tout en charme et en délicatesse. merci pour ce moment de plaisir !
webmaster Il est toujours aussi agréable de vous lire. Merci pour ce partage.
Esma Tout en charme et en délicatesse avec une suite logique. Merci beaucoup.
bbondy J'adore
Publicité en cours de chargement