Récits
Soumise et poupée de sexe
il y a 1 semaine

Mes fantasmes ont toujours tourné vers la soumission, le BDSM et le sexe.

Mes fantasmes ont toujours tourné vers la soumission, le BDSM et le sexe. Avant de me lancer dans ce monde, j’ai lu des histoires érotiques et regardé, d’une main, beaucoup de vidéos sur [Fessestivites](https://fessestivites.com/). Et puis je l’ai rencontré. J’ai rencontré un mec beau comme un dieu, un peu dominant, cet homme était un amour et au dodo, le parfait amant. J’en suis tombée amoureuse très vite, ma vie à ses côtés était idyllique pour tout même si côté BDSM c’était vraiment très soft. Quelques petits bondages pour le sexe, les quelques petites fessées qu’il me donnait étaient plus des caresses de préliminaires qu’autre chose mais cela m’allait bien. Nous parlions mariage quand il a rencontré une garce qui n’en voulait qu’à son fric. La blondasse gros nichons a brisé notre couple, mon Apollon m’a virée et abandonnée comme une vieille chaussette. J’étais désespérée, dégoûtée de la vie, mon moral a tellement chuté que j’envisageais de devenir nonne. Un soir de beuve...
Soumise et poupée de sexe 2
il y a 1 semaine

Je n’allais pas tarder à le comprendre et cela a été aussi surprenant que difficile !

CHAPITRE DEUX Conduite à un banc à fessée où j’ai du prendre place, je l’ai regardé m’entraver les poignets et les jambes. A la suite de quoi, il a inséré un crochet de bondage dans mes fesses, par chance encore lubrifiées avant d’attacher une cordelette à ma queue de cheval. Il a tiré ma tête en arrière pour la faire passer dans le crochet que j’avais dans les fesses. Une fois la corde nouée, je ne pouvais plus baisser la tête sans tirer inutilement sur mon anus. - En attendant que mes amis arrivent, tu vas me nettoyer la queue, avec ta langue, je ne peux pas les recevoir avec le sexe qui sent le sperme, cela ne se fait pas ! J’aurai pu lui répondre qu’il pouvait aussi aller prendre une douche, mais quand on est entravée sur un banc à fessée, on évite ce genre de réflexion. Quelques minutes plus tard, après m’avoir donnée à boire, il m’a demandée si je voulais aller aux toilettes pour uriner. J’ai répondu positivement et je n’ai pas aimé du tout sa réponse ! - J’ai...
Sévères voisines (4)
il y a 1 semaine

Emma et Manon ne résistent ni au plaisir de continuer à punir leur voisin pour ce qu'il a fait ni au plaisir de mettre de plus en plus de copines au courant.

Je m’y attendais. J’en étais sûr. Sûr que Manon ne manquerait pas de venir s’installer, le lundi suivant, en face de moi au resto U. Ce qui n’a pas loupé. - Alors ? Qu’est-ce t’en penses de tout ça ? Qu’est-ce que je pensais de quoi ? - Fais bien l’imbécile ! Tu sais très bien de quoi je veux parler. Tu t’attendais pas à ce que la frêle petite Manon tape aussi fort, hein, avoue ! Et de façon aussi convaincue. Ben si, tu vois ! Même Emma elle en revenait pas. « Comment tu l’as soigné ! » Ma mère non plus. « Tu m’as impressionnée ! » Et c’est pas fini ! Quoi ! Qu’est-ce qu’il y a ? Pourquoi tu me regardes comme ça ? - Non. Pour rien. - Parfaitement, c’est pas fini. T’as encore rien vu. La prochaine fois, ce sera pire. Je suis hyper motivée, là. Et de plus en plus. Non, parce qu’au début je trouvais qu’elle exagérait Emma, qu’il y avait quand même pas de quoi en faire tout un fromage. T’avais fait une connerie. Oui, bon, ben voilà. On marquait le coup et on passait à autre cho...
La débauche d’une étudiante
il y a 2 semaines

Une étudiante initiée à la soumission sexuelle

Cela fait maintenant 2ans que je suis avec Marc. 2 ans déjà que j'ai quitté mes parents....sans aucun regret je le confesse. J'ai rencontrée Marc sur un chat virtuel. Un truc en 3d, c'était assez sympa car on pouvait être tout ce que l'on voulait. Sorcier, démon, petite écolière, classique, élégante,... tout était possible. Le pire aussi. En fonction de mes humeurs et de mes envies j'étais soit une vampire en quête de s a n g , soit une fille classique, soit une petite écolière sexy. J'avais 18ans à ce moment- là (j'avoue j'ai triché sur mon âge lors de mon inscription) et lui affichait 57 à son compteur. J'étais dans une room classique, cherchant le dial sans prise de tête, un peu de délire...bref de quoi passer le temps. Il m'a contactée en privé directement. D'habitude je ne répondais jamais à ce genre de contact, trop «direct»...mais là pour une raison que j'ignore j'ai répondue tout aussi gentiment. Les conversations étaient quasiment toujours les mêmes, elles commençaien...
La débauche d’une étudiante 2
il y a 2 semaines

Etant sans consentement la deuxième partie est assez hard, elle est donc réservée aux abonnés.

Il me demande de m'allonger en travers de son lit, sur le ventre et de redresser mon bassin. Dès que je suis en position, il glisse un coussin sous bassin. Je me retrouve cul en l'air. - Tends les bras et écarte les jambes ma petite. Il attr a p e mes mains et les attaches au lit. Il fait de mêmes avec mes chevilles. Mes jambes dépassaient du bord de son lit, quand il les attache, ça me redresse encore plus mon cul. Il se déshabille aussi. Glisse un main le long de ma colonne, remonte sur mes fesses et y glisse un doigt. - Est- ce que ma petite fille est vierge du cul? Je réponds oui en faisant bougée ma tête. - Bien alors dada va te prendre ta petite cerise alors. A la fin de sa phrase je tentais d'émettre une protestation, je ne voulais pas. Mais le bâillon m'empêche de parler. - Tu es très propre, c'est une qualité que dada apprécie. Ses deux mains écartent mes fesses, je peux le sentir approcher son visage de mon cul. Il glisse alors sa langue et commence à...
Sévères voisines (3)
il y a 2 semaines

Les victimes du petit voyeur, maintenant qu'elles ont barre sur lui, sont bien décidées à lui faire payer ses méfaits au prix fort. Et le plus longtemps possible.

Encore elle ! Manon. Venue s’installer en face de moi, au resto U, avec un grand sourire. - Ça baigne ? Ça allait, oui. Je lui ai dit que ça allait. Du bout des lèvres. - On dirait pas… - Oh, si, si ! - Tu te demandes, je suis sûre qui c’était, hier, avec le martinet. Non ? - Un peu. - Et alors ? À ton avis, c’était qui ? Je n’en avais pas la moindre idée. - Dis toujours ! - Toi ? - Non. C’était pas l’envie qui m’en manquait, vu la façon inqualifiable dont tu t’es comporté, mais non ! C’était pas moi. C’était Emma. Tu peux t’attendre, d’ailleurs, à ce qu’elle remette ça incessamment sous peu. D’abord parce qu’elle est hyper remontée contre toi ! « Quand je pense que cet espèce de petit salaud, il m’a matée pendant des semaines et des semaines dans la salle de bains ! Il va me le payer ! Ah, ça, je peux vous dire qu’il va me le payer » Et ensuite, et peut-être surtout, parce que ça l’a beaucoup amusée de te tanner le cuir. « Comment il gigotait du croupion, vous...
Sévères voisines (2)
il y a 2 semaines

Raphaël s'est vraiment mis dans une très mauvaise situation. Madame Beauchêne et ses deux filles ont désormais totalement barre sur lui.

J’ai passé une journée épouvantable. D’abord parce que mon derrière était un véritable brasier. Il me lançait en permanence. Et il était sensible d’une force ! Le moindre frottement de vêtements constituait une véritable torture. Et m’asseoir était un calvaire. Mais il y avait pire. Il y avait ce sentiment de honte profond, ravageur, qui ne me lâchait pas. Qui m’habitait, lancinant. Qui m’a accompagné toute la matinée. Et toute l’après-midi. J’avais été fessé, cul nu, par cette madame Beauchêne. Je revoyais la scène. Je la revivais. En boucle. J’avais été puni comme un gamin infernal. Et j’avais gémi. Et j’avais crié. Et j’avais pleuré. Quelle humiliation ! Je lui en voulais de me l’avoir imposée. Je m’en voulais de l’avoir méritée. J’en voulais à ses filles de m’avoir donné la folle envie de les voir nues. Et d’en avoir subi les conséquences. J’en voulais à la terre entière. Elle m’avait fixé rendez-vous. Pour le soir même. « Et tâche de pas oublier parce que sinon… » Sinon quoi ?...
Les aventures d’un transgenre
il y a 2 semaines

Un Selfbondage en pleine nature plein de rebondissement

Une autre journée de travail était terminée et j'ai volé par la porte juste après 16h30 par un doux après-midi de mars. Je n'avais toujours pas fait de transition professionnelle, donc présenté comme un homme au bureau. Après le travail, cependant, j'étais mon vrai moi. Une transsexuelle qui prenait déjà des hormones. Je suis monté dans la voiture et j'ai tourné sur la route principale, la circulation n'était pas trop mauvaise et j'ai parcouru la ville en moins de 15 minutes. M'arrêtant au bord de la route, la dernière lueur du jour s'estompait, mais les réverbères n'étaient pas encore allumés. Je tendis la main et attrapai mon sac sur le siège arrière. Sortant de la voiture et la verrouillant, je me tournai et traversai la route vers le campus universitaire. Ici, j'avais découvert et développé ma personnalité. Du travestissement dans la salle de bain entre les conférences pour finalement assister à des conférences en tant que femme, cela a gardé de bons souvenirs pour moi....
Elle devient la prime de fin de chantier
il y a 2 semaines

Pas vraiment volontaire, elle ne faisait qu’un selfbondage

Hélène a ressenti le besoin de repousser ses limites Elle a placé le tabouret contre la grille que l'équipe de construction a laissée en réparant les fondations de sa maison. Elle avait déjà enfilé son porte jarretelles et ses bas les plus sexy, ainsi qu'une paire de chaussures sexy à talons hauts. Nue et excitée, elle a continué son plan. D'abord, elle a attaché une corde au sommet de la grille avec un nœud coulant à l'extrémité et une bobine dans laquelle ses poignets peuvent glisser. Ensuite, elle a attaché au même niveau 2 chaînes à peu près qui avaient des clips en anneau aux extrémités. Elle mit ses s a n g l e s de cheville rembourrées et s'assit sur le tabouret. Étant une ancienne gymnaste, elle était encore assez flexible. Elle leva sa jambe gauche et attacha la chaîne à l'anneau de la manchette de la cheville, puis elle fit de même pour le côté droit. Étant sur le tabouret, ses épaules étaient au même niveau que les chaînes reliées à la grille. Elle enfila son bâillo...
Le vendredi sein
il y a 2 semaines

Plaisir de l’abandon d’une soumise qui découvre

Fin 2013, je me suis inscrite sur un site internet afin de faire des rencontres car, divorcée. J’étais en manque de tendresse et de sexe. Je suis tombée sur un homme, toi mon cœur, qui sortait du lot. Nous avons longuement échangé sur nos envies et tu m’as précisé que tu aimais particulièrement diriger et dominer en douceur, sans aucune v i o l ence. Tu aimais les jeux de soumission. Et puis un jour, nous nous sommes rencontrés et nous avons passé un moment tendre. Très en douceur, tu as commencé à me faire découvrir ce monde. Des menottes, un bandeau sur les yeux, des caresses différentes sur mes seins avec tes mains ou des objets que je ne voyais jamais. Sein et Rosebud Un après-midi, tu m’as bandé les yeux, posé un rosebud dans mon petit trou et emmenée en voiture je ne savais où. Nous avons roulé 15 ou 20 minutes, puis tu m’as fait descendre. Où étions-nous ? Je ne savais pas, j’avais toujours les yeux bandés. Tu m’as enlevé mon chemisier, mon soutien-gorge puis tu as remont...
La servante
il y a 2 semaines

Une belle histoire ABDL, lesbienne, sexe, plastique très immorale mais si agréable à lire

Klapp… Klapp… Klapp… Retentissaient les sabots des pattes du cheval sur les pavés durs et brûlants de la route, faisant tourbillonner de petits nuages de poussière. Denise s’appuyait en arrière et regardait, intéressée, le large dos du cocher taciturne assis devant elle. Alors elle ouvrit son sac à main, prit la lettre d’embauche de Madame Babouche et recommença à la lire minutieusement. Finalement elle toucha le bras du cocher et demanda : "Dites moi, Jacques, quel âge ont les e n f a n t s à Saint-Montagneux ?" "Brrr… ?" Jacques, le cocher noir de cheveux, tira sur les rênes et arrêta la voiture lentement il se retourna et regarda en fronçant les sourcils la jeune-femme, élancée, sur le siège arrière. "Il ressemble à un pirate, pas mal…" pensa Denise un long moment après. "Des e n f a n t s ? Pourquoi parlez-vous d’e n f a n t s ? Il n’y a aucun e n f a n t à Saint-Montagneux. Là habitent le vieux Monsieur, Madame et Monsieur. Mademoiselle Lisette, mais qui est déj...
Ma première péripatétipute
il y a 2 semaines

Découverte du monde des professionnelles à 60 ans

L'autre jour je me suis offert ma première professionnelle. En fait, je suis allé sur le site LadyXena pour y chercher une trans Black (l'un de mes fantasmes) genre Fanie, voyez. Et puis je ne sais pas ce qui s'est passé, j'ai repéré un autre profil qui me plaisait bien, j'ai pris rendez-vous, 200 € la demi-heure (quand-même) mais je me suis dit qu'au vu des photos de ses seins je n'allais pas le regretter, et je ne l'ai pas regretté car non seulement j'ai baisé mais j'ai aussi été baisé vu que c'était une femme et non une trans... Peu importe, l'expérience a été intéressante (pour un non habitué). Un appel téléphonique pour confirmer le rdv, suivi d'un SMS avec les conditions détaillées de la dame (+100€ la sodo, etc.) et l'adresse, puis un immeuble (tout neuf, Port Marianne), puis un interphone, puis bâtiment A, puis un 2e interphone, puis 6e étage à gauche par l'ascenseur et me voilà devant la porte qui s'ouvre toute seule, j'étais attendu. Bise, la dame est presque n...
Publicité en cours de chargement